Afflux massif de réfugiés maliens chez les voisins

Ces chiffres ont été obtenus grâce à une compilation du nombre de réfugiés présents  en Mauritanie, au Burkina Faso, en Algérie et au Niger, selon un communiqué du HCR parvenu à Ouestafnews.

Ces populations sont chassées de leurs lieux de résidence par la violence des combats, et l’action des bandits qui profitent de la situation pour se livrer à des pillages, selon un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, cité par le même communiqué.
Les combats entre l’armée malienne et La rébellion du MNLA, qui réclame l’indépendance du nord du Mali, ont débuté à la mi-janvier 2012 alors que le pays s’achemine vers une échéance électorale avec l’élection présidentielle fixée au 26 avril 2012.

La fin février a été marquée de violents combats dans la ville de Tessalit (Nord-Est) selon la presse locale malienne.

Le président Amadou Toumani Touré, qui boucle ses deux mandats à la tête du pays, a dans une interview à radio France internationale écarté tout report du scrutin en dépit de la tension actuelle, alors qu’une partie de la classe politique locale plaide pour un tel report, prétextant le « déplacement massif » de population.

Outre les réfugiés qui ont quitté leur pays, environ 81.000 autres personnes se dont déplacés à l’intérieur du territoire malien, en raison du même conflit.

Avec cette nouvelle rébellion, le gouvernement malien se trouve désormais pris entre deux feux, celui du MNLA qui vient s’ajouter à la violence terroriste d’Al qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui a fait du nord du Mali sa base de repli depuis plusieurs années.