Air Sénégal International à l’arrêt, faute de moyens financiers

Cette situation est le résultat d’un long bras de fer, entre l’Etat du Sénégal et Royal Air Maroc (RAM), les deux principaux partenaires qui se partagent l’actionnariat de la société avec respectivement 51 et 49 % du capital de la société.
« Cette fin d’exploitation est la conséquence inévitable de la situation créée par la partie sénégalaise qui a pris (…)des décisions qui ont nui à l’existence même de sa compagnie nationale, à l’emploi du personnel et aux facilités de déplacement de ses passagers’’, accuse la direction de la RAM, dans un communiqué dont copie a été transmise à Ouestafnews.
Lancée au début des années 2000, ASI était jusqu’à une époque récente citée comme un exemple de coopération sud-sud et comme un exemple de privatisation réussie.
Les bisbilles entre les deux parties les avait conduit devant un tribunal, à la demande de la partie sénégalaise.