Après l’or et le coton, le Mali veut miser sur le pétrole

« Sur les 28 blocs issus du découpage des cinq bassins sédimentaires, 15 ont été attribués à 12 sociétés dont plusieurs sont en activité de recherche, 13 blocs sont libres de tout engagement », selon le communiqué du conseil des ministres parvenu à Ouestanfews.

 

« Au total, la recherche pétrolière est très avancée sur certains blocs et les premiers forages d’exploration débuteront en 2010 », affirme le même communiqué.

Pour parvenir à de meilleurs résultats et mieux se positionner comme futur producteur de pétrole, les autorités maliennes affirment avoir engagé la réflexion dans le but de « consolider et moderniser la base des données pétrolières », t de procéder à « des réformes institutionnelles et de revoir la législation pétrolière»

Depuis quelques années déjà, le gouvernement malien a mis en œuvre des mesures incitatives pour booster la recherche pétrolière dans le pays, comme par exemple l’adoption en 2004 d’un nouveau code pétrolier.*

Avant le Mali, deux autres pays d’Afrique de l’Ouest ont ces dernières misé sur le pétrole, mais avec des résultats mitigés. Ainsi, après avoir placé de grands espoirs dans la recherche pétrole, la Mauritanie a dû revoir les projections sur s capacité de production à la baisse alors qu’au Niger, malgré les grandes annonces faites par le régime déchu du président Mamadou Tandja (renversé le 10 février 2010), le pétrole tarde encore à jaillir de terre.