Autosuffisance en riz au Sénégal (2) : Mahamadou Issoufou se plante (FACT-CHECKING)

Cette affiche à l'effigie du président Macky Sall comporte une information erronée. Photo/Ouestaf News.

Ouestafnews- Le Sénégal est un exemple à suivre car ayant «réussi l’autosuffisance en riz», a affirmé, le président nigérien Mahamadou Issoufou. Il s’est simplement planté. Ouestaf News vous en donne les preuves.

«Le Sénégal a réussi à assurer avec succès son autosuffisance en riz, principal denrée de consommation courante auparavant massivement importée des pays asiatiques, grâce à une politique agricole audacieuse et bien menée», a indiqué le président Issouffou.

Le chef de l’Etat nigérien s’exprimait lors du discours inaugural de la 8e Réunion du Comité du haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa), le 17 mai 2019.

Mahamadou Issoufou a, dans la foulée, incité les Etats africains à s’inspirer du modèle sénégalais mais également de celui du Niger avec l’initiative «les Nigériens nourrissent les Nigériens» (3N).

Aux mois de février et mars 2019, lors de la campagne électorale pour la présidentielle sénégalaise, plusieurs affiches géantes appelaient à voter pour le président sortant, Macky Sall parce qu’il a «réalisé l’autosuffisance en riz».

«Je vote Macky parce qu’il a réalisé l’autosuffisance en riz», pouvait-t-on lire sur une de ces affiches à l’effigie du président sortant dans les rues de Dakar.

Volonté de manipuler l’opinion ou méprise de bonne foi ? Cela reste à vérifier puisque les chiffres disent autre chose.

Les chiffres sur le riz  

Le gouvernement sénégalais a lancé en 2014, l’objectif d’atteindre à l’horizon 2017 l’autosuffisance en riz, un des objectifs phares du Plan Sénégal Emergent (PSE).

Premier ministre à l’époque, Mahammed Boun Abdallah Dionne avait promis lors de sa Déclaration de politique générale (DPG) du 11 novembre 2014 l’atteinte de l’autosuffisance en 2017.

Il assurait que les initiatives en faveur de l’autosuffisance et de la diversification, «se traduiront par des impacts significatifs, en termes de réduction de nos importations (de riz), pour au moins 250 milliards FCFA, tandis que les filières d’exportation devraient rapporter plus de 150 milliards FCFA à l’horizon 2017».

En 2017, la production rizicole brute a été estimée à 1.015.334 tonnes de riz paddy (riz à l’état brut, non encore décortiqué), selon les chiffres de la Direction de l’Analyse, de la Prévision et des Statistiques Agricoles (DAPSA), une entité du ministère sénégalais de l’Agriculture.

En 2016, la production ressortait à 945.617 tonnes, soit une hausse de 4,3% par rapport à son niveau de 2015, indique l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (ANSD).

L’autosuffisance en riz a été inscrite dans le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture Sénégalais (PRACAS) qui vise comme objectif prioritaire, une production rizicole de 1.600.000 tonnes de paddy ; l’autosuffisance en oignon en 2016 avec une production de 350.000 tonnes, entre autres.

Lire aussi : Autosuffisance en riz au Sénégal (1) : belles annonces, réalité paysanne ardue 

Le pays consomme 1.080.000 tonne par an, dont 650.000 tonnes provenant des importations et 430.000 tonnes de la production nationale, selon le Programme d’accélération de la cadence de l’agriculture Sénégalaise (PRACAS).

Le 4 décembre 2017, le président Macky Sall a admis lors de la Rencontre annuelle conjointe (Rac, 2017) pour la mise en œuvre des politiques publiques, que l’autosuffisance en riz «sera finalement atteint en 2019».

« J’avais énoncé l’année 2017 pour l’atteinte de l’autosuffisance en riz, mais avec la double culture nous allons y arriver vers fin 2018, début 2019 », a indiqué le président Sall, cité par le journal Le Quotidien.

Et pour la campagne agricole 2017-2018, la production du riz est ressortie à «1.110.000 tonnes » de riz paddy, avait annoncé en mai 2018 l’ancien porte-parole du gouvernement sénégalais, Seydou Gueye, au terme d’un conseil interministériel sur la prochaine campagne agricole 2018-2019, cité par l’Agence de presse africaine (APA).

Généralement avec un kilogramme de riz paddy, on peut obtenir entre 750 g de riz complet et 600 g de riz blanc prêt à être consommé, selon l’encyclopédie en ligne Wikipédia.

Pas encore d’autosuffisance

Au bout du compte, pour un objectif de production de 1.600.000 tonnes de riz paddy, le Sénégal a  réalisé en 2017 une production rizicole de 1.015.334 tonnes, selon les estimations de la DAPSA. Le 4 décembre 2017, le président sénégalais Macky Sall, lors du RAC, 2017, avait annoncé que le Sénégal n’avait pas atteint les objectifs du PRACAS.

Lire aussi : Autosuffisance en riz au Sénégal (3) : copinage et politique annihilent les efforts 

Mieux encore, selon la Douanes sénégalaise, 2,1 millions de tonnes de riz ont été réceptionnés au Port de Dakar entre le 1er janvier 2017 et le 31 août 2018. Ce qui fait du Sénégal un pays toujours importateur de riz pour sa consommation.

La déclaration du président nigérien, Mouhamadou Issoufou, lors de la 8e Réunion du Comité de haut niveau sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle de l’Uemoa, estimant que le Sénégal a atteint l’autosuffisance en riz est erronée.

ON/mn/ts