Bombardements de Gaza : Nouakchott condamne, c’est “inacceptable” selon Dakar

« La République Islamique de Mauritanie condamne fermement les attaques militaires israéliennes menées le 27 décembre contre la ville palestinienne de Gaza qui ont engendré plusieurs centaines de victimes parmi les innocentes populations palestiniennes», affirme un communiqué du ministère mauritanien des Affaires étrangères publié par l’Agence Mauritanienne d’Information (AMI, officielle).
Par ailleurs, selon l’Agence Nouakchott Info (ANI, indépendante), l’Association des maires mauritaniens ont demandé « la rupture des relations diplômatiques » entre leur pays et Israël en signe de protestation.
La présence d’une représentation diplomatique israélienne en Mauritanie a toujours été source de vives tensions dans cette république « islamique». L’ambassade d’Israël à Nouakchott d’ailleurs était en février 2008 la cible d’une attaque, attribuée à des éléments islamistes proche du mouvement Al-Qaida.
Les partis politiques et les organisations de la société civile mauritaniennes ont également unanimement condamné l’agression contre la Palestine, selon l’AMI alors qu’une télévision privée sénégalaise Canal Info, rapportait que « des sénateurs mauritaniens » ont eux aussi demandé la « rupture des relations diplômatiques » avec Israël.
A Dakar, le président sénégalais Abdoulaye Wade, cité par l’Agence de Presse Sénégalaise (APS, officielle) a jugé « inacceptables » les bombardements qui s’abattent sur les Palestiniens, «sans distinction, sans épargner les femmes et les enfants ».
« Ces bombardements sont tout simplement inacceptables », selon le président sénégalais par ailleurs président en exercice de l’Organisation de la Conférence islamique (OCI).
Le président sénégalais, dont le pays abrite une ambassade israélienne, a demandé l’arrêt des bombardements.
Au début de son mandat à la tête de l’OCI en mars 2008, le président sénégalais avait promis de s’engager dans une médiation pour venir à bout du lancinant conflit israélo-arabe dans lequel les populations palestiniennes en permanence opprimées par Israël paient le plus lourd tribut en vies humaines.
Dans un communiqué transmis à Ouestafnews, l’ambassade d’Israël à Dakar affirme que les bombardements en cours sont « une réponse à la reprise des bombardements par le Hamas, et ce depuis la fin de la trêve, le 19 décembre 2008 ».
Toutefois, selon le président sénégalais ces bombardements israéliens « ne peuvent pas s’expliquer par des lancements de roquettes opérés par le Hamas par delà la frontière ».
Depuis le début des bombardements, un mort a été enregistré côté israélien contre plus de 280 morts et plusieurs centaines de blessés côté palestinien.