Burkina Faso : les députés votent l’abolition de la peine de mort

L’Assemblée nationale burkinabè (83 pour et 42 contre) a adopté le 31 mai 2018 un nouveau code pénal, abolissant la peine de mort mais rehaussant la durée des peines d’emprisonnement et le montant des amendes, apprend-on de source officielle.

«Nonobstant la suppression de la peine de mort pour les crimes les plus graves, on notera que la durée des peines d’emprisonnement et d’amende applicables en matière de crimes et de délits est rehaussée», d’après l’exposé des motifs d’avant vote, relayés par l’agence de presse publique, l’AIB.

Selon la même source, les crimes qui sont les infractions les plus graves, sont punies d’une peine d’emprisonnement à vie ou d’une peine d’emprisonnement supérieure à dix ans. Les délits sont des infractions punies d’une peine d’emprisonnement de trente jours au moins et n’excédant pas dix ans et/ou punies d’une amende supérieure à deux cent mille (200.000) FCFA. Les contraventions sont des infractions punies d’une amende d’un montant n’excédant pas deux cent mille (200.000) FCFA.