Burkina Faso : rénovation de routes vers le Togo

« D’une longueur de 153 kilomètres, le tronçon Koupéla-Bittou frontière du Togo a un coût total de 100,7 milliards FCFA », selon un document de la Bad qui a apporté une contribution sous forme de prêts et de dons à hauteur de 78 % du coût du projet. Le reste du financement est assuré par la Banque ouest-africaine de développement (Boad), la Banque d’investissement et de développement de la Cedeao (BIDC), l’Allemagne et le gouvernement du Burkina Faso.

La réhabilitation de cet axe routier frontalier va contribuer au désenclavement du Burkina Faso, pays sans façade maritime.

Selon des recherches effectuées par Ouestafnews ce projet est inscrit au programme prioritaire d’actions communautaire de l’Union monétaire ouest africaine (Uemoa).

Outre la rénovation de l’axe routier, il s’agit également d’un « projet pilote de création d’emplois pour les jeunes et les femmes avec plusieurs activités spécifiques dans ce sens », selon la Bad.

L’un des problèmes majeurs du continent africain reste la viabilité de son système de transport, avec un réseau routier de faible densité et délabré et un secteur aérien en crise permanente. Ces difficultés on fait de l’intégration régionale un discours creux, faute de moyens de relier efficacement les différentes populations et les principales villes entre elles.

A cela s’ajoutent les tracasseries notamment le racket routier qui reste très fréquent dans les frontières entre les différents pays de l’Uemoa.

Du coté des autorités burkinabé on espère « lever les obstacles liés au mauvais état du corridor, afin de contribuer à l’efficacité du sous-secteur des transports routiers et soutenir le développement économique et social et l’intégration de l’Afrique de l’Ouest », écrit le site internet du ministère de l’économie et des finances visité par Ouestafnews.