Burkina Faso: suspension de la Constitution (déclaration)

Face à l’insurrection du peuple burkinabè et suite à la démission du président Baise Compaoré de ses fonctions de chef de l’Etat  et de président du Faso, Nous, forces vives de la Nation, y compris les Forces armées nationales, à la demande du peuple burkinabè, avons décidé ce qui suit :

1) La constitution du juin 1991 est suspendue
2) Un organe de transition sera mis en place, en accord avec toutes les forces vives de la Nation, en vue d’organiser une transition encadrée pour un retour à une vie constitutionnelle normale
3) La composition de cet organe consensuel de transition, ainsi que sa durée que nous souhaitons la plus brève possible, seront déterminées par l’organe de transition dans les plus bref délais
4) Appelons l’ensemble des forces vives à rester calme ; à nous faire confiance et à préserver l’intégrité des personnes et des biens
5) Appelons l’ensemble des Forces de Défense et de Sécurité à prendre toutes les dispositions pour assurer la sécurité des biens et des personnes sur toute l’étendue du territoire
6) Rassurons la communauté internationale sur le respect des engagements pris par l’Etat burkinabè
7) Sollicitons son accompagnement pour un retour rapide à vie constitutionnelle normale.
Ouagadougou le 31 octobre 2014

Pour les Forces vives de la Nations et les forces armées nationales.

Lieutenant-colonel ZIDA Y. Isaac