Burkina : le privé autorisé à former des enseignants du primaire pour relever le niveau

La décision vise à permettre au « secteur privé d’accompagner les efforts de l’Etat dans la mise en œuvre de sa politique éducative », selon un communiqué du Conseil des ministres parvenu à Ouestafnews.
L’objectif du gouvernement, qui est d’atteindre une éducation de qualité pour tous, « reste tributaire de la qualité professionnelle du personnel d’encadrement », a estimé la même source.
Le Burkina Faso à l’image de plusieurs pays de la sous région est confronté à une dégradation de son système éducatif caractérisé par la baisse du niveau des élèves et des enseignants.

Selon une étude présentée par une coalition d’ONG en Avril 2009 à Dakar, l’école primaire en Afrique de l’Ouest souffre d’un déficit de personnel qualifié

Cette étude présentée lors de la semaine mondiale d’action pour l’éducation, révèle que la région ouest-africaine enregistre un manque de "plus de 750.000 enseignants qualifiés dans les écoles primaires". A titre d’exemple, le Burkina Faso a un déficit de 39.000, la Sierra Leone 18.300 , le Nigeria 459.000.

La région ouest africaine est aussi caractérisée par un faible taux d’accès à l’école primaire, selon des chiffres de l’Unesco. Près de 19% des enfants ouest-africains n’accèdent pas à l’école contre 6% en moyenne dans le reste de l’Afrique.

Dans un rapport consacré à l’éducation dans la sous région, l’Unesco a averti que «pour atteindre l’éducation pour tous (EPT) l’Afrique de l’ouest doit s’efforcer d’améliorer la qualité de leur enseignement primaire ».