Carburant : hausse des prix à Conakry, pénurie à Dakar, menace de grève à Abidjan

La hausse a été annoncée dans un communiqué diffusé sur les ondes de la radio télévision guinéenne.
Aucune raison officielle n’a été fournie par le communiqué, mais il y a quelques jours, le ministre du commerce le Colonel Korka Diallo avait annoncé que l’Etat guinéen ne pouvait plus continuer à supporter les pertes liées à la subvention des produits pétroliers.
« Continuer à subventionner, c’est tuer l’économie… », avait-il notamment déclaré à la presse.
Récemment, le même ministre a aussi dénoncé le trafic frauduleux du carburant subventionné par l’Etat vers certains pays limitrophes de la Guinée. L’une des conséquences directes de ces exportations frauduleuses serait l’accroissement indû de la facture pétrolière, sans aucune adéquation avec les besoins de consommation intérieure des Guinéens.
Au moment où les prix haussent à Conakry, c’est une pénurie d’essence qui est observée à Dakar depuis plusieurs jours. Les autorités promettent que la situation « reviendra » à la normale dès le 4 février, du carburant ayant été « acheté en France ».
Un responsable d’une « Commission nationale des hydrocarbures », cité par les médias sénégalais, a expliqué que la situation est due à un arrêt de production à la Société Africaine de Raffinage (SAR, raffinerie sénégalaise basée à la sortie de Dakar). Selon le même responsable, une situation similaire est aussi observée en Côte d’Ivoire, au Ghana et au Cameroun, pays vers lesquels le Sénégal se rabattait traditionnellement pour faire face aux pénuries.
Avant cette pénurie, les prix à la pompe avaient aussi connu une hausse.
En Côte d’Ivoire, selon des information fournies par le journal L’Expression et relayées par le site Abidjan.net, les transporteurs s’apprêtaient à aller en grève ce jeudi 4 février pour protester contre les hausses successives des prix du carburant.
La dernière hausse en date, effective depuis le 1er février selon la même source, a fait passer les prix du gasoil de 593 à 615 FCFA le litre et de 708 à 739 FCFA le litre pour le « super ».