Cedeao : le permis de séjour, objet de « discrimination », bientôt supprimé

« Le permis de résidence a été source d’embarras et de discrimination au sein de la communauté », a fait savoir Kadré Ouédraogo, le président de la Commission de la Cedeao, cité par l’Agence de presse nigériane (NAN, sigle en anglais).

Selon la même source le processus de retrait du permis de résidence, désormais considéré comme « entrave » à libre circulation a déjà démarré.
« Nous espérons que le nouveau document issu de cette révision sera entériné par les chefs d’Etat dès leur prochain sommet », a ajouté M. Ouédraogo.

L’institution de la carte de résident qui fait en même temps office de permis de résidence et de séjour au sein de la Cedeao a été décidée en 1990 par les chefs d’Etat à Banjul. Cette disposition venait s’ajouter au protocole sur la « libre circulation des biens et des personnes » adopté depuis 1979.

Toutefois, la Cedeao est souvent critiquée pour la non effectivité du principe de libre circulation des personnes au sein de l’espace sous-régional. Les fermetures inopinées de frontières sont encore de mise comme c’est le cas fréquemment entre le Sénégal et la Gambie, sans oublier les problèmes de circulation d’un pays à l’autre, avec les rackets opérés sur les voyageurs, notamment les commerçants transfrontaliers.

La suppression du permis de résidence pourrait constituer un jalon important sur la route vers une véritable intégration, et répondrait aussi à plusieurs recommandations allant dans ce sens.

Un groupe d’experts avait réitéré ces recommandations lors du sommet interministériel sur la libre circulation au sein de l’espace Cedeao, tenu à Niamey en février 2014. Ils avaient alors suggéré aux dirigeants, la suppression de la carte de résident et l’adoption de la carte d’identité biométrique comme unique document de voyage au sein de la communauté.

Avec ses 300 millions d’habitants, répartis dans 15 pays, la Cedeao est considéré comme un des couloirs de migrations les plus dynamiques au monde, selon les experts en politique migratoire.

A la suppression du permis de séjour, devrait bientôt s’ajouter d’autres mesures d’intégration comme l’adoption du Tarif extérieur commun, qui entrera en vigueur en 2015.
En Afrique, la Cedeao se félicite aussi d’être la seule Communauté économique régionale (Cer) sans régime de visa entre pays membre.