Cedeao : les chefs d’Etats comptent mobiliser 500 milliards FCFA pour vaincre le terrorisme (communiqué)

Photo d'ouverture de la 55è Session ordinaire de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) du 29 juin 2019. Photo/présidence du Niger

Le sommet extraordinaire de la CEDEAO sur la lutte contre le terrorisme a clos ses travaux ce soir (14 septembre 2019)  sous la présidence du président nigérien, Mahamadou Issoufou, président en exercice de la CEDEAO, en présence du président du Faso, président en exercice du G5 Sahel, Roch Marc Christian Kaboré, et plusieurs autres chefs d’Etat de l’espace communautaire.

La conférence des chefs d’Etat de la CEDEAO a condamné les attaques terroristes dans la sous-région, et réaffirmé sa détermination à fédérer les énergies dans la lutte contre les groupes terroristes qui opèrent dans l’espace communautaire.

Selon le rapporteur général, Jean-Claude Kassi Brou, président de la Commission de la CEDEAO, la conférence des chefs d’Etat a aussi réaffirmé l’unicité du territoire malien, et demandé la résolution urgente de la question de la ville de Kidal au Mali et de la crise libyenne, sanctuaires des groupes terroristes qui déstabilisent la sous-région.

«Nous rappelons notre détermination à continuer à faire de la lutte contre le terrorisme, une priorité régionale et à coordonner de multiples initiatives multinationales de lutte contre le terrorisme », a indiqué le rapporteur, invitant à la mise en place d’une approche plus inclusive dans la lutte contre le phénomène.

La conférence des chefs d’Etat a décidé, au cours des travaux, de la mise en place d’un plan d’actions prioritaires 2020-2024 pour éradiquer le terrorisme dans la région, dont les grands axes et le budget seront adoptés en décembre 2019 à Abuja au Nigéria, lors de la session ordinaire de la CEDEAO.

Les participants à la conférence ont demandé aux ministres en charge de la défense et de la sécurité des pays membres, d’étudier la possibilité de l’implication de la force en attente de la CEDEAO dans la lutte contre le terrorisme, de rendre effectif le partage d’informations entre les services de sécurité, de faire des patrouilles et des opérations conjointes le long des frontières sensibles.

La conférence a décidé « de contribuer financièrement et de manière urgente aux efforts communautaires de lutte contre le terrorisme, par la mobilisation d’un milliard de dollars », soit environ 500 milliards de FCFA en cinq ans. Un comité a été mis en place, pour suivre la mise en œuvre des décisions et recommandations prises au cours de cette rencontre de Ouagadougou.

Les participants à cette conférence extraordinaire de la CEDEAO ont adopté une motion de remerciement au président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré et au peuple burkinabè pour la réussite du sommet.

Source : Présidence du Faso //FIN