Cinquantenaire des indépendances : Theophile Obenga qualifie d’erreur « monumentale » la confiance à la BM et au FMI

Cinquantenaire des indépendances : Theophile Obenga qualifie d’erreur « monumentale » la confiance à la BM et au FMI
L’affirmation de l’Egyptologue congolais a été faite alors dans près d’une vingtaine de nations africaines, l’heure est à la célébration des « cinquantenaires », mais la majorité des pays concernés restent sous développés en dépit de plusieurs décennies de « conseils » et de « politiques » préconisés, parfois imposés par ces institutions financières internationales.

« L’erreur monumentale des Africains pendant ces cinquante ans, c’est de s’être fié à la Banque mondiale (BM) et au Fonds monétaire international », a déclaré le Pr Obenga qui s’adressait à un groupe de reporters, dont un journaliste d’Ouestafnews, en marge d’un colloque en hommage à l’homme de culture sénégalais Alioune Diop organisé du 3 au 5 mai à Dakar.

« Nous étions pauvres quand nous sommes sortis de la colonisation mais cinquante ans après la Banque mondiale a fait de nous des pays très pauvres et très endettés », a déploré M Obenga avant d’ajouter qu’a ce rythme « on ne va plus exister dans les cinquante prochaines années ».

L’intellectuel congolais a par ailleurs appelé à une plus grande maturité des Africains quant à la célébration du cinquantenaire des indépendances.

« Même pour un être humain, ce n’est pas beaucoup cinquante ans, à plus forte raison pour un peuple », a-t-il notamment affirmé rappelant que pour un continent dont l’histoire récente reste marquée par des crises, « les choses prennent plus de temps pour se stabiliser ».

Theophile Obenga était à Dakar en même temps que d’éminents intellectuels africains venus rendre hommage à Alioune Diop dont on célèbre cette année le centenaire de la naissance.
Décédé en 1982 , Alioune Diop, homme de culture et panafricaniste sénégalais, a laissé son empreinte