Conférence de Dakar 1987 : souvenirs, souvenirs…

Ouestafnews – Considérée comme un « tournant » décisif , un « déclic » à la fin l’Apartheid, la Conférence de Dakar de 1987 a permis pour « une première fois de manière structurée » au Congrès national africain (ANC) de rencontrer des « Afrikaners » venus de l’Afrique du Sud.

Lire aussi : démantèlement de l’apartheid en sept dates-clés!
Un pan méconnu de l’histoire de la lutte contre l’apartheid

Cette conférence, organisé du 9 au 12 juillet 1987 à Dakar par l’Institut pour une alternative démocratique pour l’Afrique du Sud (IDASA) avaient permis aux Afrikaners blancs (alors tenants du pouvoir raciste blanc) de rencontrer des leaders du Congrès national Africain (ANC), porte flambeau de la lutte des Noirs en Afrique du sud à l’époque, aujourd’hui au pouvoir.

« Quand on terminait la réunion de Dakar, il y avait une grève de 80 000 métallurgistes et de 200 000 mineurs, or la métallurgie était la force de l’Afrique du Sud. Et le grand patronat a commencé à s’inquiéter et a lâché le régime de l’Apartheid », se souvient le Pr Hamady Bocoum, directeur général du Musée National des Civilisations Noires, basé à Dakar.

En 1989, Frederik De Klerk succédait à Pieter Botha à la présidence sud-africaine et entamait des négociations avec l’ANC. Ces négociations ont abouti en 1990 à la libération du leader de l’ANC, Nelson Mandela, emprisonné depuis 1962. Et l’année suivante, les lois de l’apartheid ont été abolies.

Le Dr Judy Smith-Hohn, de l’Agence « Brand South Africa » (chargée de la promotion de l’image de l’Afrique du Sud) se souvient pour sa part de cette époque où elle n’avait que dix ans, mais vivait avec un sentiment d’urgence et d’incertitude.

L’Afrique du Sud de l’époque était marquée par de vives tensions raciales. Celles-ci s’étaient aggravées   après les émeutes de Soweto (banlieue de Johannesburg) de 1976 contre l’imposition de la langue « Afrikaans » (langes des Afrikaners blancs) dans le système éducatif.

Ces émeutes avaient enregistré la mort de 575 personnes fait des centaines de blessés, poussant le gouvernement de l’Apartheid à retirer la loi controversée en juillet 1976.

« Et les choses sont allées très vite (…) Pieter Botha a été affaibli de l’intérieur par ces propres partisans, ensuite le mouvement noir a pris conscience de sa force », explique le professeur Bocoum.

En 1994, les premières élections multiraciales sont organisées et remportées par l’ANC et portent Nelson Mandela au pouvoir.

Pour, l’ancien directeur de la communication au cabinet du président Nelson Mandela, Antony Trew, la conférence de Dakar 1987 a été « un moment important dans la quête de solutions de la crise sud-africaine et même la politique de réconciliation préconisée par Nelson Mandela était un peu tributaire » de la rencontre de Dakar.