Côte d’ivoire : Francis Wodié chasse Yao Ndré

Un des principaux alliés d’Alassane Ouattara lors de la présidentielle ivoirienne de 2010 et pendant la crise post-électorale qui s’en est suivie, M. Wodié est une figure emblématique de la scène politique ivoirienne. Ancien ministre, il a aussi connu la prison et l’exil aux premières heures de l’indépendance du pays alors dirigé par Félix Houphouët- Boigny.

Outre le nouveau président, d’autres personnes ont été nommées «au Conseil constitutionnel pour une durée de six ans », selon la même source qui donne les noms de Fançois Guéi, Hyacinthe Kabogo Sarassoro et Emmanuel Kouadio Tanoh. Un autre groupe composé de Mme Hortense Angora Kouassi épouse Sess, Mme Suzanne Joseph Tohé épouse Ebah et Boniface Obou Ouraga, a quant lui été nommé dans la même institution pour « une durée de trois ans ».

Le Conseil constitutionnel, alors dirigé par Paul Yao Ndré, fut au cœur de la violente crise consécutive à la tenue de l’élection présidentielle de fin 2010 qui avait donné le spectacle inédit de deux présidents élus, Alassane Ouattara consacré par la Commission électorale indépendante (Cei) et Laurent Gbagbo par le Conseil constitutionnel. Cette crise va durer jusqu’en avril 2011 et prendra fin par une violente offensive militaire des forces favorables au président Ouattara qui allaient déloger son adversaire et le mettre aux arrêts.