Crimes et drogues en Afrique de l’Ouest : réunion en octobre à Praia contre des maux rampants

Les ministres en charge de la Justice et de l’Intérieur des 15 pays membres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) ainsi que de la Mauritanie sont attendus à cette rencontre, selon l’Agence de presse du Cap Vert (Inforpress) qui cite des sources du ministère de la Justice de ce pays.
Une source de Bureau régional de l’Organisation des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), dont la participation est annoncée à cette rencontre, a confirmé à Ouestafnews la préparation de cette réunion.
Depuis quelques années, l’Afrique de l’ouest est devenue une plaque tournante du trafic de drogue et un lieu de blanchiment d’argent, entraînant une recrudescence de la corruption et des pratiques mafieuses, parfois avec des complictés au plus haut sommet des Etats concernés.
Ces deux dernières années ont vu le phénomène s’aggraver avec l’apparition sur le sol ouest africain des grands cartels latino-américains de la drogue, qui ont trouvé dans les pays démunis ou en situation de post-conflits de la sous-région un terrain fertile pour y établir leurs bases.
La Guinée Bissau est ainsi devenue le cas le plus emblématique avec des trafiquants qui parfois bénéficient de complicité au sommet de l’Etat et de l’armée. Mais aucun pays de la sous région n’est épargné et les annonces de saisies « record » se succèdent en Mauritanie, au Sénégal, en Sierra Léone, au Mali, au Ghana, au Nigeria, etc.
Selon des chiffres fournis par l’ONUDC et cités par Inforpress, 25 % de toute la drogue consommée en Europe en 2007, représentant environ 1, 8 milliard de dollars, a transité par la région Ouest africaine.