Crises africaines : un problème de « leadership », selon Chinua Achebe

« Nous avons besoin de dirigeants conscients des difficultés que rencontre le peuple, des dirigeants qui soient dignes de confiance », a affirmé l’auteur du célèbre roman « Things Fall Apart » (Le Monde s’effondre), un des classique de la littérature africaine.

« C’est vrai que le people doit faire pression sur les dirigeants, mais malheureusement ces derniers sont corrompus. Dans les quelques pays africains où les choses marchent, vous verrez que la qualité du leadership y est meilleur que dans les autres », a notamment affirmé l’écrivain selon des propos recueillis par l’hebdomadaire américain Newskeek, et dont une transcription est parvenue à Ouestafnews.

Evoquant le cas précis de son pays, le Nigeria, Chinua Achebe, juge qu’il s’agit d’une nation « très riche de son pétrole, mais sans ordre, ni honnêteté, cette richesse se transforme en cauchemar ».

Cependant cette faillite des leaders contraste avec le dynamisme de la population, selon le romancier pour qui «le peuple nigérian est dynamique et travailleur mais il subit toujours les affres de la corruption et de la violence ».

La recrudescence de la violence ethnico-religieuse constatée ces derniers temps est attisée par l’instrumentalisation politique car, les « politiciens sont prêts à utiliser tout ce qui peut servir leurs desseins, c’est très inquiétant car cela peut détruire la nation ».

Depuis son accession à l’indépendance, le géant nigérian souffre d’une instabilité politique marqué par des alternances entre coups d’état militaire et pouvoir civil sans compter les violences d’ordre ethnico-religieuse qui font des milliers de victimes régulièrement.

En 2009, l’indice de perception de la corruption établi par l’ONG Transparency International classait le pays 130ème sur 180. En 2008, le pays se trouvait à la 121ème place sur 180 pays.