Des milliers d’Ouest Africains sinistrés par les inondations

Au Niger, ce sont 15.610 personnes qui sont affectées, outre 4 personnes décédées, selon un communiqué du bureau des nations unies pour la coordination des actions humanitaires(Ocha) . A Bilma, à 700 km au nord-est d’Agadez, les pluies ont atteint un niveau jamais vu depuis la création de la station pluviométrique en 1923.
Au Burkina Faso, on dénombre près de 10.000 sinistrés. La commune de Gorom Gorom (nord) et ses environs sont les plus touchés.
Les gouvernements burkinabé et nigérien, assistés par des organisations humanitaires s’activent sur le trrain et apportent une assistance matérielle aux sinistrés, précise la même source.
Les gouvernements ont ouvert écoles et bâtiments administratifs pour accueillir des populations sinistrées.
Certaines régions de Mauritanie, du Mali et du Nigeria et même de l’archiple du Cap Vert, petit pays au large des côtes sénégalaise, sont aussi affectées par les inondations depuis le début de la saison des pluies.
Au Mali, on a dénombré 160 familles sinistrées et un bébé décédé à Sikasso (sud) et 200 personnes sans abri à Gao (nord), en plus des greniers dévastés et les pertes de bétail.
Les inondations sont synonymes de pertes de maisons, de pertes agricoles (qui se répercutent sur la sécurité alimentaire), de pertes de bétail, de maladies comme le choléra et le paludisme, d’isolement car les régions inondées sont difficilement accessibles, et de dégâts sur les infrastructures.