Deux lycéennes pour le souvenir vivace de l’Holocauste


Par APS

‘’Les dangers de l’Holocauste (aussi appelé Shoah) existent toujours dans le monde. Il faut faire attention et éduquer la jeunesse à éviter un désastre pareil’’, a commenté Ndèye Mane Sall, élève en classe Terminale à la Maison d’éducation Mariama Bâ de Gorée.

‘’On a eu à faire des ateliers pour renforcer nos connaissances sur l’Holocauste. On a eu à signer une charte qui nous engage, au nom de nos pays respectifs, à garder vivace la mémoire de l’Holocauste et à faire de sorte qu’un tel événement ne se reproduise plus jamais dans le monde’’, a déclaré la lycéenne.

Elle et sa camarade de classe Fatou Kiné Bèye représentaient le Sénégal au congrès international de la jeunesse organisé en terre israélienne par l’UNESCO, en souvenir de l’Holocauste survenu dans les années 1940. Dans les locaux de l’ambassade d’Israël à Dakar, les deux lycéennes ont fait le compte rendu de leur participation à ce congrès à des journalistes.

Elles affirment qu’elles ont visité le Mémorial de Yad Vashem, érigé en 1953 dans la ville de Jérusalem en mémoire des victimes juives de l’Holocauste, ce génocide qui aurait été perpétrée par les Nazis contre les Juifs, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Fatou Kiné demande que ‘’le maximum de personnes soient sensibilisées dans le monde afin d’éviter un génocide’’ de ce genre à l’avenir.

‘’Ce voyage a été enrichissant. On a fait des rencontres extraordinaires avec beaucoup d’autres jeunes du monde. L’Holocauste, c’est quelque chose d’inoubliable’’, a-t-elle souligné.

Des jeunes chrétiens, musulmans, juifs et bouddhistes âgés de 17 à 19 ans ont pris part, du 27 au 29 janvier, à ce congrès. Ces jeunes sont originaires d’une soixantaine de pays dont l’Afrique du Sud, la Gambie, le Maroc et le Sénégal pour le continent africain.

Outre des conférences sur l’Holocauste, les congressistes ont eu droit à la visite de lieux de mémoire dont le Musée de l’Holocauste, la Vallée des communautés, le Hall du Souvenir et d’autres édifices dont l’histoire est rattachée à celle de ce génocide qui aurait fait quelque six millions de victimes côté juif.

Les Nations unies consacrent la journée du 7 avril prochain à la commémoration de ce génocide.