Diplomatie : l’axe Ouagadougou Taipeh toujours en marche

Le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, s’est ainsi rendu à Taiwan pour une visite « d’amitié et de travail » de quatre jours, selon un texte de la présidence du Faso parvenu à Ouestafnews.
Ce séjour intervient moins d’un mois seulement après le grand sommet sino-africain ayant conduit une quarantaine de chefs d’Etats et de gouvernements africains à Pékin.
La visite du chef d’Etat burkinabé avait lieu alors même que des « Journées de la Chine » (Pékin) étaient organisés à Lomé par la Banque ouest africaine de développement pour favoriser les relations entre opérateurs économiques de l’Union monétaire ouest africain (UEMOA) dont le Burkina est membre, et la République populaire de chine.
Promesses contre promesse : Taiwan a décidé de soutenir le Burkina Faso, en lui apportant « son appui à la réalisation d’un centre hospitalier universitaire à Ouagadougou, de centres de formation professionnelle dans les différentes régions du Burkina, d’infrastructures routières, sans oublier diverses actions dans le domaine de l’agriculture », selon le texte de la présidence Burkinabé. .
De son côté Ouagadougou, par la voix de Blaise Compaoré a une nouvelle fois plaidé en faveur d’une « reconnaissance internationale » de Taiwan.
La Chine continentale est opposé à la République de Chine Taiwan, qu’elle considère comme une « province sécessionniste ». Aussi Pékin refuse-t-il toute relation diplomatique avec les Etats qui reconnaissent Taipeh.
A l’issue de sa visite à Taiwan, le président du Faso a invité son homologue Shen Shui Bian à se rendre au Burkina faso.