Diplomatie : la Chine veut consolider ses arrières

Diplomatie : la Chine veut consolider ses arrières
La délégation est conduite par Wang Yunze vice-président de l’Association chinoise pour l’amitié avec les peuples étrangers (CPAFFC, selon son sigle en anglais).
Au Sénégal la délégation a rencontré les membres du Conseil de la république pour les affaires sociales (Craes) ainsi que des opérateurs économiques privés à la Chambre de commerce et d’industrie de Dakar, a affirmé Adama Gaye, journaliste sénégalais à l’origine de la visite.
Elle s’est aussi rendue au siège de l’Association des écrivains du Sénégal où elle a assisté à une cérémonie de lancement d’un livre intitulé "Chine-Afrique, le dragon et l’autruche", écrit par M. Gaye, a constaté Ouestafnews.
Un responsable du groupe pétrolier chinois Sinopec faisait partie de la délégation, selon le quotidien sénégalais Walfadjri (privé)
"Pékin est en quête de nouvelles sources d’énergie africaine. Au moment où ses exportations massives en Occident sont prises dans un goulot d’étranglement, la Chine peut voir aussi l’Afrique comme un nouveau marché possible", écrit ce journal.
La même délégation a quitté Dakar lundi soir pour se rendre au cap vert, ou selon la presse de ce pays, elle devrait visiter le Barrage de Poilao, projet financé par la coopération chinoise.
La délégation sera reçue à Praia par les députés de l’Assemblée nationale capverdeienne et aura une audience avec le président de linstitution parlementaire Aristides Lima ainsi qu’avec le Premier ministre José Maria Neves.
La Chine est engagée depuis plus d’une décennie dans une âpre bataille diplomatiques avec la République de Chine (Taiwan) que Pékin qualifie de "province" sécessionniste et qui avait réussi il y a quelques années des percées notoires dans la sous-région ouest africaine, en nouant notamment des relations solides avec des pays comme le Sénégal, le Burkina Faso, le Liberia ou encore la Gambie, ainsi que d’autres petits pays pauvres d’Afrique
Depuis octobre 2005, Dakar a rompu avec Taipeh rendant possible la reprise des ses relations diplomatiques avec Pékin qui refuse catégoriquement d’entretenir des relations diplomatiques avec tout Etat reconnaissant Taiwan comme république indépendante.
Auparavant le Liberia avait aussi rompu avec Taipeh.