Diplomatie : Sénégal, Liberia et Gambie…Taïwan perd l’Afrique !

Dans un communiqué laconique publié par la présidence gambienne, dans la soirée du jeudi 14 novembre 2013, les autorités gambiennes précisent que cette décision a été prise en accord avec « les intérêts nationaux stratégiques ».

Dans la presse taïwanaise, les autorités ont fait part de leur « surprise » face à la décision de la Gambie, avec qui elles entretenaient depuis près de deux décennies une vivante coopération. Taiwan a beaucoup investi dans les secteurs de base en Gambie ainsi que dans les infrastructures routières.

D’une superficie de 36.000 km 2, Taïwan est une île située au sud-est de la Chine continentale, depuis 1949 date de sa sécession qui a fait suite à la guerre civile, Pékin n’a cessé de demander sa « réintégration ».

Taiwan de son côté se battait pour asseoir sa souveraineté à travers le monde et avait réussi à convaincre la plupart des pays africains, qui ont bénéficié du « miracle économique » taïwanais.

La Gambie et le Burkina Faso étaient les derniers pays ouest africains à maintenir des relations diplomatiques avec Taïwan, dont la présence en Afrique s’est considérablement réduite au fur et à mesure que monte l’influence économique de la Chine.

A cet effet, plusieurs pays africains comme le Sénégal, le Liberia ou encore le Tchad ont laissé Taiwan pour profiter des investissements massifs de la Chine, devenue par ailleurs le premier partenaire économique du continent africain.

Intraitable sur le dossier de Taïwan, dont elle réclame la réintégration, la Chine avait tourné le dos à tous les pays entretenant des liens diplomatiques avec l’île. Avec la défection de la Gambie, le drapeau taïwanais ne flotte désormais que dans trois pays africains, le Burkina Faso, le Swaziland et Sao Tomé.