Disparité des taux d’intérêt débiteurs dans les places bancaires dans les pays de l’Uemoa, selon la Bceao

Les taux d’intérêt moyens les plus bas sont pratiqués dans les places bancaires de Dakar et d’Abidjan avec respectivement (6,81 %) et (7,63 %), selon la note de conjoncture de la Bceao transmise à Ouestafnews.

Par contre les taux les plus élevés sont observés à Cotonou avec (12 %), à Niamey Avec (11,38 %) et Bissau avec (11,83 %).

A Ouagadougou et à Bamako, les taux sont ressortis modérés avec respectivement (9,80 %) et (9,18%), précise le document.

Toutefois, la banque centrale espère que « l’accroissement des crédits intra-communautaires » et « l’influence croissante du marché financier régional » vont « contribuer à réduire les taux d’intérêts débiteurs » dans la sous région.

Les banques de l’Union sont souvent critiqué du fait de leur « maigre participation » au financement de l’économie sous régionale.

Lors d’un colloque tenu au mois de mai 2010 à Dakar, le gouverneur de la Bceao Philippe-Henri Dacoury-Tabley, faisait remarquer que dans les huit pays de l’Uemoa, les banques ne contribuent que pour moins de 20 % au financement de l’activité économique, contre des taux supérieurs à 70 % dans des pays tels que la Tunisie, le Cap Vert, le Maroc ou l’Ile Maurice.