Economie : les patrons africains se donnent rendez-vous à… Genève

L’évènement promet d’être une « plateforme » de dialogue et de promotion des réussites du continent, selon un communiqué parvenu à ouestafnews.

Cette première édition verra la présence de « 300 PDG venus de toute l’Afrique, 100 banquiers et investisseurs et de nombreux décideurs du secteur public africain », selon la même source.

Le constat fait par les promoteurs de l’évènement est qu’après plus d’une décennie « de croissance ininterrompue l’Afrique se présente aujourd’hui comme l’une des zones économiques les plus prometteuses du monde dans un contexte de crise généralisée en Europe et aux Etats-Unis ».

Africa Ceo Forum sera l’occasion de « promouvoir les réussites du secteur privé africain, offrir une plateforme de dialogue public-privé de haut niveau et proposer des solutions stratégiques pour accompagner le développement de l’entreprise africaine et de ses marchés », a ajouté le texte.

« Une part importante du programme est consacrée aux nouveautés en matière de financement des entreprises, au développement et à la promotion du commerce intra-africain ainsi qu’à l’évolution des relations entre le secteur privé et les pouvoirs publics », indique le site internet consacré à l’évènement consulté par Ouestafnews.

Selon ce site, Africa Ceo Forum, co-organisé par la Banque africaine de développement (Bad) et le groupe jeune Afrique entre autres, et réunira chaque année les acteurs financiers les plus influents du continent et les dirigeants d’entreprises africaines afin de leur permettre de multiplier les rencontres et d’élaborer de nouveaux projets d’investissement ou de financement.

Parmi les patrons dont la présence est confirmée, on compte des chefs d’entreprises ouest-africains comme les Ivoiriens Jean-Louis Billon et Tidjane Thiam et le richissime Nigérian Aliko Dangote.

Interrogée par Ouestafnews sur le choix « incongru » de Genève au détriment de l’une des grandes capitales du continent pour une rencontre qui se veut africaine, la responsable de la communication de l’évènement, Vanessa Ralli, a, sans trop convaincre, expliqué ce choix par un souci de « neutralité ».