Effectifs dans les universités africaines: qui a dit pléthoriques !

Conçue pour accueillir 15.000 étudiants au moment de son ouverture, l’Université de Ouagadougou a déjà triplé ses effectifs et comptait 45 000 étudiants environ à la rentrée 2007-2008, selon les chiffres officiels.
Pour la présente rentrée 2008/2009, les prévisions tablent autour de 50.000 inscrits.
A Bamako, l’Université qui comptait 13.000 étudiants au moment de son ouverture prévoyait une capacité maximale de 30.000 étudiants. Aujourd’hui elle compte 50.000 étudiants. A la rentrée de cette année certaines estimations projettent des effectifs qui pourraient facilement atteindre les 63.000 étudiants pour 700 enseignants.
L’université de Dakar, au départ conçue pour 25.000 étudiants (l’effectif en 2008 de la seule Faculté des Lettres) en accueil aujourd’hui prés de 60.000
L’Université de Cocody, Abidjan Cote d’Ivoire, a enregistré 53.700 inscrits pour l’année académique 2007-2008.
En Guinée, selon le Directeur de national de l’enseignement supérieur, l’enseignement supérieur compte 68.000 étudiants dans le public et 8.000 dans le privé.
L’Université de Lomé au Togo accueille 30.000 étudiants et ce chiffre devrait augmenter de manière considérable à la prochaine rentrée.
Et pourtant, selon les experts de l’éducation, l’Afrique ne compte pas « suffisamment » d’étudiants. La réalité est que ce sont les structures d’accueil qui ne suivent pas le rythme de croissance de la population estudiantine du continent.