Elections législatives en Guinée-Bissau : la CEDEAO salue un ”scrutin libre”

"A la lumière des informations" fournies par ses observateurs, la CEDEAO juge que la Commission électorale bissau guinéenne a mené "les préparatifs" vers le scrutin de manière "adéquate", indique la CEDEAO dans un communiqué transmis à Ouestafnews.
Le président de la Commission de la CEDEAO Mohamed Ibn Chambas a constitué une équipe pour observer les élections législatives tenues le 16 Novembre 2008 en Guinée-Bissau.
Un total de 45 citoyens de la CEDEAO conduits par Léopold Ouédraogo, membre du Conseil des sages de la CEDEAO ont participé à cet exercice.
Les observateurs de la CEDEAO avaient reçu des informations de la part des différentes parties prenantes et avaient assisté aux derniers moments de la campagne. Ils avaient été déployés dans plusieurs régions du pays où ils ont assisté à l’ouverture et à la fermeture des bureaux de vote, ainsi qu’au comptage et à la collecte des bulletins de vote.
”La campagne a été menée dans une atmosphère festive, très mouvementée mais calme, civile et sereine" selon la CEDEAO qui a salué "l’affluence des électeurs".
"Quoique les électeurs fussent enthousiastes, ils se sont comportés de manière pacifique et disciplinée. Les agents électoraux ont fait montre d’une compétence remarquable”, précise l’organisation sous-régionale.
Parmi les quelques dysfonctionnements notés par les observateurs figurent notamment ‘l’arrivée tardive du matériel électoral à Bissora et la fourniture tardive de l’encre indélébile dans certains bureaux. Mais cela a eu un effet mineur sur l’ensemble du processus électoral”.
La Commission de la CEDEAO a d’ailleurs félicité la Commission nationale électorale de Guinée Bissau pour le ”bon travail accompli", ainis que les populations pour leur ”engagement à la cause de la démocratie”.
La Guinée Bissau, considéré comme l’un des pays les plus démunis d’Afrique a connu à la fin des années 90 un sérieux conflit politico-miltaire dont elle ne se remet que très difficilement.