Electricité : la Côte d’Ivoire veut étendre son emprise sous régionale

Ce projet d’une grande importance, adopté le lundi 19 août 2013, « devra permettre à terme à la Côte d’Ivoire d’exporter de l’électricité vers ses trois partenaires » ouest-africains, rapporte la Radio Télévision Ivoirienne (RTI1).

Ce projet d’interconnexion est d’un coût global prévisionnel d’environ 220 milliards de francs CFA. Il vise à construire une ligne de 225 kilowatts d’une longueur de 1.400 kilomètres. Il devra permette d’avoir un meilleur système de fourniture d’électricité dans la sous-région.

La Côte d’Ivoire fournit déjà l’électricité à d’autres pays de la sous région ouest africaine en proie à des problèmes d’approvisionnement, comme le Ghana, le Burkina Faso, le Togo, le Bénin et le Mali.

Pour pouvoir tenir ses engagements, la Côte d’Ivoire a obtenu le 14 août 2013 à Paris un prêt d’un montant de 178 milliards de francs CFA pour accroître la capacité de production de la centrale thermique de la Compagnie ivoirienne de production de l’électricité (CIPREL) qui devrait passer de 321 à 543 mégawatts (MW) fin 2015, rapporte le site d’information mediasguinee.com.

La plupart des pays ouest africains connaissent des années des problèmes de fourniture d’électricité, au point que les petits groupes électrogènes dans les entreprises, et les domiciles parfois, sont devenus une nécessité.

Le Nigeria considéré comme le géant de l’Afrique de l’ouest et gros producteur mondial de pétrole n’échappe pas à la règle. Tout récemment les autorités y affirmaient que seuls 20 % de la population y avaient accès à l’énergie électrique.