En dépit de ses ‘crises’ Abidjan accueille ‘Clap ivoire’

En dépit de ses 'crises' Abidjan accueille 'Clap ivoire'
Ce Festival est destiné aux jeunes réalisateurs des pays membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine, indique Fraternité-matin quotidien pro-gouvernemental ivoirien, qui souligne que la cérémonie d’ouverture a été présidée par Théodore El Meg.
Au moment de la cérémonie, M. El Meg avait encore la charge du département de la Culture dans le gouvernement dont M. Banny a annoncé la démission.
"Clap Ivoire international est un concours de cinéma pour lequel chaque État de l’UEMOA sélectionne un court métrage d’une durée maximum de 15 minutes", explique de son côté le quotidien l’Essor, du Mali, précisant que "les 8 films se retrouvent alors pour la phase finale dans la capitale ivoirienne". Le Mali et la Guinée Bissau, selon ce journal, ne sont pas représentés à cette sixième édition d’un Festival qui "en plus des récompenses en numéraires, d’une valeur globale de 5 millions de F.CFA, permet aux films lauréats d’être diffusé sur 55 chaînes de télévisions africaines, toutes partenaires de CFI, Canal France international.
Le vainqueur du grand prix, Kodjo Ebouclé, empochera 3 millions, un innovation, car jusqu’à édition de l’année dernière ce premier prix était seulement d’un million FCFA, selon Norbert Etranny, directeur du Centre national des arts et de la culture (CNAC) cité par la même source.
Abidjan accueille ce Festival à un moment où les tensions politiques restent vives dans le pays, mais surtout à un moment où y sévit une sérieuse crise à l’impact non encore déterminé né du débarquement illégal dans la ville de déchets toxiques, ayant entraîné la mort de deux fillettes et l’intoxication de plusieurs centaines de personnes.