Fespaco: 101 films, même galère

Le Fespaco, rendez-vous phare du cinéma africain se déroule du 23 février au 2 mars 2013 dans la capitale du Burkina Faso. Pour cette édition, 101 films ont été sélectionnés pour la compétition officielle.

« Tout le monde se cramponne au cinéma en tant qu’art mais peu arrivent à articuler sa douloureuse insertion dans une économie où personne ne sait quelle identité lui donner », a déclaré à Ouestafnews Oumar Sall, Coordonnateur du Groupe30-Afrique, un réseau d’informations culturelles basé à Dakar.

Le choix de la thématique, selon M. Sall, remet en selle les problèmes légendaires du cinéma africain.« Comme un leitmotiv, la fermeture des salles, la rareté des ressources financières reviennent », a remarqué M. Sall par ailleurs auteur et critique.

Il demeure convaincu que c’est au secteur d’enfanter son propre succès. « De l’Etat, il ne faudra exiger que la création d’un cadre réglementaire et un environnement intégré à tous les autres secteurs », a-t-il estimé.

Selon le site officiel consacré à l’évènement, « le thème général est choisi en tenant compte des préoccupations de l’Afrique et du rôle que le cinéma africain doit jouer dans l’éveil des consciences des peuples africains ».

Lors de la précédente édition, le réalisateur Tchadien Mahamat Saleh Haroun avait, fait part de sa « déception » par rapport à  « ce cinéma qui tend la main et qui n’arrive pas à justifier qu’on l’aide »,  dans un entretien à Radio France international (Rfi).

L’auteur de « Un homme qui crie », récompensé en 2010 par le prix du jury au festival de Cannes en France, critiquait vertement aussi le « manque d’exigence » dans la sélection des films.

« C’est le seul festival qui ne va pas chercher les films, il faut lui envoyer les films. Donc il n’y a pas un désir de chercher ce qui se fait », déplorait-il.

Le Mali et le Maroc détiennent le record de la palme de cette biennale du cinéma africain en ayant obtenu chacun à trois reprises, l’étalon du Yennenga  la récompense suprême, du Fespaco dont la première édition a eu lieu en 1972. Cette année 35 pays seront représentés et 600 films seront visionnés hors compétition.
Voir aussi

Sembène: hommage au père du cinéma africain
Le Fespaco fait la cour aux femmes