Financement de l’agriculture : Oxfam International préconise une « meilleure coopération » avec la Cedeao

«Les PTF doivent également être mieux organisés au niveau régional, afin d’assurer une réelle coopération avec la Cedeao », indique Oxfam dans un rapport de recherche publié le 4 novembre 2009 et intitulé : « Aide à l’agriculture : des promesses aux réalités de terrain ».
Dans ce document dont une copie a été transmise à Ouestafnews, le rapporteur Jean-Denis Crola demande notamment aux partenaires du Burkina Faso, du Ghana et du Niger de « décentraliser les niveaux de décision des régions et des pays d’intervention pour disposer de flexibilité suffisante dans la prise de décision, le financement et l’alignement de leurs interventions sur les priorités nationales ».
«Cette décentralisation doit s’accompagner de directives claires et visant à appuyer les gouvernements dans l’élaboration, la mise en œuvre et le pilotage de la politique sectorielle », écrit M. Crola d’Oxfam-France.
Elle doit en outre « s’appuyer sur les priorités des acteurs », suggère-t-il, aux demandant également aux PTF de ces trois pays d’inscrire systématiquement leurs interventions dans le sens des politiques sectorielles des gouvernements, et de « passer du stade concertation à une réelle coordination des interventions ».
« Il existe dans les trois pays des cadres de concertation, qui permettent l’échange d’informations, mais qui ne permettent pas aujourd’hui de coordonner les interventions », soutient le rapporteur.
Il recommande en outre aux gouvernements des trois pays étudiés, de faire de l’agriculture et de la sécurité alimentaire, « une véritable priorité budgétaire », en consacrant au moins 10% des budgets nationaux à la mise en œuvre des politiques agricoles et de sécurité alimentaire.