Gaza : après le Venezuela et la Bolivie, la Mauritanie “suspend” ses relations diplomatiques avec Israël

Avant la Mauritanie, le président Hugo Chavez avait décidé de rompre ses relations diplomatiques avec Israël. Il avait été suivi par un autre pays d’Amérique latine, la Bolivie.
Depuis trois semaines une furie meurtrière orchestrée par l’armée israélienne s’abat sur la bande de Gaza, petite portion de territoire Palestinien, faisant plus d’un millier de morts dont des femmes et des enfants ainsi que plusieurs milliers de blessés, selon les derniers bilans.
Le président mauritanien, le général, Mohamed Ould Abdel Aziz, « a décidé vendredi, de ‘suspendre’ les relations de la Mauritanie avec Israël», écrit le site Mauritanie-web qui souligne que la décision a été prise à Doha, capitale du Qatar, où se tient un sommet consacré à l’agression israélienne contre la Palestine.
La chaine de télévision Al-Jazeera ainsi que d’autres médias internationaux présents à Doha, rapportent également l’information.
La Mauritanie, pays où se déroulent en permanence des manifestations hostiles à l’Etat d’Israel depuis le début de l’offensive, avait déjà rappelé son ambassadeur à Tel Aviv en guise d’avertissement et pour protester contre l’acharnement du gouvernement israélien à bombarder sans discernement le territoire palestinien.
Le prétexte utilisé par Israël, est que son armée veut détruire « le potentiel militaire du Hamas », parti de tendance islamiste qui contrôle cette partie de la Palestine.
Partout dans le monde des voix se sont élevées pour protester contre ces attaques d’une barbarie sans précédent, que certains n’hésitent d’ailleurs pas à comparer à l’holocauste vécu par les juifs en Europe durant la deuxième guerre mondiale.
Livrées à elles-mêmes, les populations de Gaza subissent les bombardements et ne peuvent pas non plus fuir pour aller se réfugier ailleurs, leur territoire faisant l’objet d’un blocus entretenu par Israël.
Pourtant qualifié de « modéré », le président de l’Autorité Palestinienne Mahmood Abbas, qui se trouve en Cisjordanie (l’autre partie de ce qui reste du territoire palestinien en grande partie annexé progressivement par Israël lors de guerres successives entre 1967 et 1999) a accusé les autorités israéliennes de vouloir « exterminer » le peuple palestinien.
En dépit des résolutions de l’ONU, des condamnations quasi-unanimes du monde musulman ainsi que des appels de plusieurs chefs d’Etat et de personnalités du monde entier, Israël, défendu par les Etats-Unis, insiste dans la poursuite de son offensive meurtrière.