Ghana : la croissance se maintient, malgré le déficit budgétaire

« L’environnement économique du pays est propice et favorable aux investissements étrangers », a soutenu M. Baah, cité par l’agence d’information officielle GNA consultée par Ouestafnews.
 
Seth Adjei Baah rencontrait des hommes d’affaires de la Turquie venus chercher les voies et moyens de renforcer la coopération économique entre leur pays et le Ghana.
 
Il a souligné,  à cet égard, que le Ghana présente « beaucoup d’opportunités de commerce et d’investissements », selon GNA.
 
Cet optimiste contraste toutefois avec la décision de l’agence notation Fitch qui a récemment décidé de faire baisser la note du Ghana de B+ à BB, à cause notamment de son déficit budgétaire qui s’élève 12,1% pour 2012, malgré une croissance soutenue de plus de 7%.
 
Pays stable présenté comme un modèle de démocratie en Afrique, le Ghana est devenu le second producteur d’or au monde et l’un des principaux Etats pétroliers de la région.
 
Il devra toutefois relever un certain nombre de défis dont le déficit budgétaire et la lutte contre la corruption, pour présenter égaler ou battre le taux de croissance d’un pays comme l’Angola qui enregistre un taux à deux chiffres, depuis plus de dix ans.
 
Lire aussi:
Ghana: le pétrole coule