Ghana: les enseignants quittent les classes pour d’autres secteurs


Par Ouestafnews

Cet exode vers d’autres professions s’explique les bas salaires en vigueur dans l’enseignement, précise la même source.

”Des propositions de changement des conditions de traitement des enseignants préconisées depuis belle lurette dorment dans les tiroirs”, a dit Natahniel Apronti, secrétaire général de l’Association nationale des professeurs du Ghana, cité par le quotidien Daily Graphic.

”Au moment où un inspecteur de l’éducation ou son assistant gagne respectivement 1 et 60 cedi comme prime de responsabilité mensuelle, les directeurs d’école à double flux gagnent 1,50 cedi”, a dit M. Apronti.

Il a relevé que la profession d’enseignement est nécessaire pour relever le défi du développement socio-économique du pays, déplorant toutefois que les professeurs soient les mois bien payés;

Il a préconisé le relèvement substantiel des salaires pour lutter contre la désaffection.