Ghana : prix de l’énergie en hausse pour les consommateurs, malgré la découverte du pétrole

La hausse de 30 % des prix de l’essence et du gasoil et celle de 25% des prix du gaz a été décidée par la National petroleum authority (NPA), agence national chargé de la gestion des hydrocarbures, selon l’Agence de presse ghanéenne (GNA, publique).

Face à cette flambée des prix des hydrocarbures, les transporteurs ont à leur tour décidé d’augmenter à hauteur de 18% leurs tarifs, selon la même source.

Ces hausses sont « inévitables en raison de la constante montée des prix du brut sur le marché mondial », a expliqué Alex Mould, directeur général de la NPA cité par la GNA.

La hausse a été dénoncée par une association dénommée « Alliance for Accountable Governance », une organisation de la société civile qui craint la « colère des populations », mais qui est accusée par le gouvernement d’être proche de l’opposition.

« Le NDC (National Democratic Congress, parti au pouvoir) est en porte-à-faux avec ses promesses de campagne et de son manifeste de 2008 promettant une réduction drastique des prix du pétrole, une fois arrivé au pouvoir », a par ailleurs déclaré ce mercredi 5 janvier 2011, Kofi Adda, un député de l’opposition également cité par l’Agence ghanéenne de presse.