Guinée : Amnesty appelle à la cessation des arrestations arbitraires

Les autorités guinéennes doivent immédiatement libérer toutes les personnes arbitrairement détenues et arrêter les rafles à l’aveugle opérées dans des quartiers de la capitale réputés contestataires, a déclaré Amnesty International dans une note publiée, ce samedi 21 mars 2020, veille d’un double scrutin (législatives et un référendum très contesté sur une nouvelle constitution.

«Des jeunes de la capitale Conakry dont le nombre pourrait atteindre 40 ont été arbitrairement arrêtés ces dernières semaines puis conduits en détention dans un camp militaire. Ils ont disparu depuis», écrit Amnesty International.

Selon l’organisation de défense des droits de l’Homme, d’autres arrestations ont visé dans les régions de Nzérékoré (sud-est) et de Kindia (nord-est) des personnes publiquement engagées dans la lutte contre le référendum constitutionnel, à travers le Front national pour la défense de la constitution (FNDC).