Guinée : le président Lansana Conté est mort, un « groupe de militaires » annoncé au pouvoir

La mort de Lansana Conté a été « confirmée » par « le président de l’assemblée nationale » Aboubacar Somparé, selon le site d’informations guinéen Guinéenews.
La rumeur de la disparition de Lansana Conté avait largement circulé à Conakry depuis près d’une semaine et s’était même propagée dans quelques capitales ouest africaines sans être toutefois confirmée à l’époque.
Selon la constitution guinéenne, c’est le président de l’assemblée nationale qui doit assurer les fonctions de chef d’Etat en cas de vacance du pouvoir.
Toutefois, selon Radio France International, un groupe de militaires ont annoncé le 23 décembre la suspension de la Constitution et des institutions et annoncé la prise du pouvoir par un Conseil national pour la Démocratie et le développement.
Auparavant, le gouvernement avait annoncé un deuil national de 60 jours, selon Guinéenews.
Le président Lansana Conté avait remplacé le président Ahmed Sékou Touré à la mort de celui-ci en 1984. A l’époque, il était colonel dans l’armée guinéenne et était à la tête d’un comité militaire de redressement national.
Au début des années 1990, il introduit le pluralisme politique dans les textes mais réussit à rester au pouvoir par l’organisation d’élections, souvent contestées par l’opposition.
Malade depuis plusieurs années, Lansana Conté était resté accroché au pouvoir, plongeant son pays dans une profonde crise, marquée par des luttes de « clans » entre différentes pôles du pouvoir, notamment entre ses proches collaborateurs à la présidence, des pontes de son parti et des membres du gouvernement.