Hausse de 5% des salaires de la fonction publique au Mali

Cette hausse des salaires à été annoncée par le président du Mali Amadou Toumani Touré, Touré dans son adresse à la nation à l’occasion du nouvel an.
« L’année 2008 a été celle de la hausse la plus importante des prix des produits de grande consommation et du baril du pétrole, qui a atteint son cours le plus élevé dans l’histoire à 147 dollars », a affirmé le président du Mali pour justifier sa décision.
« Face à cette situation difficile le gouvernement a pris une série de mesures pour contenir les effets des hausses sur le pouvoir d’achat de nos populations », ajouté le président malien qui a listé un certain nombre d’autres mesures prises par le gouvernement dans le même cadre.
Ainsi, a-t-il ajouté, « l’Etat en concertation avec les partenaires sociaux, et le secteur privé, a renoncé à ses droits et suspendu des taxes sur les produits alimentaires et pétroliers, engendrant pour le budget national un manque à gagner de plus de 40 milliards de francs ».
« Notre action ne s’est pas limitée à éviter la baisse du pouvoir d’achat. Elle consisté aussi à améliorer les revenus des fonctionnaires et des personnels des services publics. Le point d’indice a été valorisé et porté à 300 francs, une première augmentation de 5% des salaires de base est entrée en vigueur en janvier 2008, ainsi qu’une majoration du même ordre pour les pensions dont la perception n’est plus trimestrielle mais mensuelle », a-t-il rappelé. Selon M. Touré, « les allocations familiales ont été majorées de 50% à compter de juillet 2008 ».
Amadou Toumani Touré a souligné que « toutes ces mesures de soutien à la consommation auraient été vaines sans l’esprit patriotique de chacune et de chacun de vous », estimant que les Maliens ont « pu opposer à ces épreuves, une remarquable force morale, un sens élevé de la responsabilité et de la dignité », et assuré à leur pays « la quiétude et la paix sociale ».
« Nous devons continuer à cultiver ces mêmes valeurs pour affronter les conséquences de cette nouvelle crise qui affecte l’ensemble du système économique et financier mondial », a-t-il fait savoir.