Intégration : plus de 100 milliards FCFA pour moderniser le corridor Abidjan-Lagos

Le projet aidera à moderniser la principale voie de transport qui s’étend d’Abidjan (Côte d’Ivoire) à Lagos (Nigeria), ainsi que les services douaniers, d’immigration et d’autres systèmes installés le long de cette route, explique le quotidien gouvernemental ghanéen Daily Graphic sur son site web consulté par Ouestafnews.

Cette opération sous-régionale aidera à améliorer la circulation des personnes et à faciliter le commerce entre les cinq pays desservis par le corridor que sont la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigeria, explique la même source.

Le journal ghanéen rappelle que cette route côtière relie les capitales « les importantes et les plus dynamiques sur le plan économique » de la sous région ouest africaine (Abidjan, Accra, Lomé, Cotonou et Lagos) et dessert une population de plus de 35 millions d’habitants.

Plusieurs segments de ce corridor enregistrent les circulations les plus denses en Afrique de l’ouest et du centre, avec jusqu’à 10.000 passagers et des milliers de véhicules qui traversent les frontières chaque jour.

Les cinq pays concernés comptent sur cette route pour servir de catalyseur à la croissance économique et à l’intégration sous-régionale.

De plus, ajoute le Daily Graphic, l’objectif du programme est de réduire les barrières au transport et au commerce dans les ports et sur les routes entre Abidjan et Lagos.

Le programme sera exécuté en deux phases. La première, dont le coût est estimé 228 millions de dollars, couvre le Ghana, le Togo et le Bénin. La seconde, avec un coût de 89,5 millions de dollars, concerne la Côte d’Ivoire et le Nigeria.

Un des principaux obstacles à l’intégration restent la difficulté de se déplacer ou de transporter des marchandises d’un pays à l’autre, en dépit des clauses sur la libre circulation des ^personnes et des biens contenues dans les traités des différentes organisations sous régionales.