Interdiction d’entrée de produits ghanéens au Nigeria : reprise des discussions en août prochain

«Les réalités économiques actuelles exigent que les deux pays travaillent ensemble pour approfondir l’intégration et faire face aux défis de la mondialisation», a affirmé le ministre ghanéen des Affaires étrangères, Alhaji Muhamed Mumuni cité par le quotidien ghanéen Daily Graphic sur son site web visité par Ouestafnews.

Selon la même source, le vice-président du Ghana, John Mahama, a de son côté déploré l’interdiction d’entrée qui frappe certains produits d’origine ghanéenne au Nigeria, ainsi que ce qu’il a qualifié de «décisions unilatérales» prises par les autorités nigérianes.

Le vice-président ghanéen a lui aussi appelé au dialogue pour surmonter ce différend.

Le Ghana et le Nigeria sont tous deux membres de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao, 15 membres), organisation sous régionale dont les textes fondateurs préconise pourtant la « libre circulation des personnes et des biens » a sein de cette « communauté ».

En octobre 2008, Abuja et Accra avaient entamé des discussions pour améliorer leurs relations commerciales lors du « deuxième sommet Ghana-Nigeria », consacré aux relations économiques, rappelle Daily Graphic.

Ce sommet devait préparer le terrain pour la mise en place d’une Chambre de commerce commune Nigeria-Ghana.

Même si le Ghana et le Nigeria entretiennent des relations commerciales depuis leur indépendance, il y a 50 ans, il n’y a jamais eu d’accord commercial entre les deux pays.

En dépit de ces difficultés, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays (les plus importants de l’Afrique de l’ouest anglophone), a augmenté de 64 millions de dollars (plus de 34,3 milliards FCFA au taux d’aujourd’hui) en 2000 à 2,6 milliards de dollars en 2006 (plus de 1.390 milliards FCFA), avec une balance commerciale largement en faveur du Nigeria.

De plus, plusieurs banques nigérianes se sont installées au Ghana au cours de ces dernières années.