Internet : Facebook à la conquête des zones « non connectées »

Dans le communiqué annonçant le lancement de cette initiative parvenu à Ouestafnews, le groupe dit viser les cinq milliards d’êtres humains n’ayant pas encore accès à internet. Actuellement, l’Afrique est le continent le moins bien connecté, avec seulement 16 % d’utilisateurs, contre 39 % au niveau mondial, selon l’Union internationale des télécommunications.

Outre Facebook, les géants de la téléphonie mobile Samsung, Nokia, MediaTek et Ericsson, ainsi que le développeur Opera font partie de l’initiative. Pour l’instant, trois objectifs sont à l’ordre du jour : rendre l’accès à internet moins onéreux, développer des sites et des applications pouvant fonctionner sur des connexions moins puissantes, et réduire les coûts pour les développeurs indépendants.

Si l’organisation se présente comme un projet philanthropique, les futurs internautes/consommateurs sont un enjeu de taille pour les stars des nouvelles technologies. Comme le rappelle le New York Times, une personne sur sept dans le monde possède un compte Facebook : créer de nouveaux internautes est aussi un moyen de se créer une nouvelle clientèle.

Pour l’instant, le site internet.org n’offre aucun projet concret au-delà des grandes lignes fixées. Cependant, Facebook avait déjà annoncé chercher à réduire le poids de son site mobile (de 12 Mégabytes à 1 Mégabyte) pour le rendre plus accessible aux petites connexions, plus lente.

L’organisation emboîte le pas à Google, qui avait déjà fait parler de lui en juin 2013, pour le lancement de son « Project Loon. » Pour apporter une connexion internet à des zones hors réseau, le géant de la recherche en ligne avait lancé une série de ballons prototypes, alimentés en électricité par des batteries solaires, depuis la Nouvelle Zélande.