Internet : une coalition contre les prix élevés

« Aujourd’hui, un groupe hétérogène d’acteurs issus des secteurs public et privé s’est réuni pour lancer l’Alliance en faveur d’un Internet abordable (A4AI – Alliance for Affordable Internet) », ont-ils déclaré dans un communiqué parvenu à Ouestafnews.

Cette initiative a été lancée à l’occasion du forum annuel de l’Organisation des télécommunications du Commonwealth, qui a débuté ce lundi 7 octobre 2013 dans la capitale fédérale nigériane.

« A4AI est une coalition ayant pour objectif de réformer les politiques et la réglementation sur les coûts de connexions et de faire baisser les prix artificiellement élevés de l’accès à Internet dans les pays en développement », ajoutent-ils.

Selon la même source, des sponsors internationaux tels que Google, Omidyar Network, le Département pour le développement international du Royaume-Uni et l’Agence américaine pour le développement (USAID), accompagnés par des gouvernements, des entreprises du monde technologique et des organisations issues de la société civile venus de pays développés et de pays en voie de développement ont participé au lancement de cette nouvelle initiative soutenue par « l’inventeur du Web », Sir Tim Berners-Lee.

En encourageant l’essor des marchés du haut débit plus ouverts, concurrentiels et innovants, A4AI vise à faire chuter les coûts de connexion au-dessous de 5 % des revenus mensuels au niveau mondial, un objectif fixé par la Commission des Nations unies sur le haut débit (Broadband Commission), rapporte le communiqué.

Il mentionne que si cet objectif est atteint, il permettra de connecter les deux-tiers de la population mondiale qui selon l’Union internationale des télécommunications (UIT), basée à Genève, en Suisse, ne bénéficient pas encore d’un accès à Internet et de faire de « l’accès universel » une réalité.

« La raison de l’Alliance est très simple : la majorité de la population mondiale n’est toujours pas connectée à Internet, souvent par manque de moyen. Si l’on prend le cas du Mozambique, une étude récente a montré que l’utilisation de seulement 1 Go de données peut parfois coûter plus de deux mois de salaire à un habitant moyen », a dit, Sir Tim Berners-Lee, inventeur du Web et fondateur de la World Wide Web Foundation, cité dans le texte.

« L’Alliance débutera son action dans trois ou quatre pays avant la fin de l’année 2013, pour ensuite se déployer dans au moins douze pays d’ici à la fin 2015. Les membres se sont engagés à respecter un certain nombre de pratiques exemplaires en matière de politique, qui guideront le travail de représentation au niveau international », déclarent ses initiateurs.

En Afrique de l’ouest, le haut débit très encore très cher comparé aux pays du Maghreb.
Selon un document du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (Nepad) consulté par Ouestafnews, l’abonnement mensuel haut débit est facturé aux particuliers 74.000 FCFA au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire, environ 85.000 au Bénin.
Seul le Sénégal, avec des baisses de prix de 10 % à 15 % ces dernières années, se rapproche un tant soit peu des tarifs pratiqués au Maghreb, la connexion de 1 Mo y coûte 25.000 FCFA. En Tunisie l’abonnement mensuel coûte 11.000 FCFA et seulement 6.000 FCFA au Maroc, selon le Nepad.