L’Afrique de l’Ouest en bref à 13H00 GMT, 12/08/2013 – Mali, Côte d’Ivoire, Sénégal, Bénin, grève, élection, foncier

Mali-présidentielle

Les Maliens attendent l’annonce prévue mercredi 14 août 2013 du nom de leur président après le 2ème tour du scrutin présidentiel, qui a opposé l’ancien premier ministre Ibrahim Boubacar Keïta et l’ancien ministre des finances, Soumaïla Cissé. Au premier tour Keita était arrivé en tête avec plus de 39 % des voix contre plus de 19 % pour Cissé. Quel que soit le vainqueur, d’immenses tâchent l’attendent, dont notamment la réunification du pays, la réconciliation nationale, le retour définitif de l’armée dans les casernes et la remise sur les rails d’une démocratie malmenée par plus de 18 mois de crise.

Côte d’Ivoire – questions sensibles

L’Assemblée nationale ivoirienne entame ce lundi 12 août une session extraordinaire portant sur deux questions très délicates : la nationalité et le foncier. La « nationalité » a été au coeur de la grande crise qui a déchiré la Côte d’Ivoire pendant près d’une décennie (2002 à 2011). Quant au foncier, il est au coeur de l’économie ivoirienne dans laquelle l’agriculture, et notamment la production de café et de cacao, joue un rôle non négligeable.
Burkina Faso – Universités

Bénin – nouveau gouvernement

Les Béninois se sont réveillés ce lundi 12 août 2013 avec un nouveau gouvernement pour conduire les destinées du pays. La veille, le président Thomas Yayi Boni avait publié la liste de ce gouvernement marqué par la suppression du poste de Premier ministre, rapporte la presse béninoise. La nouvelle équipe de 26 ministres – même nombre que celle précédente – est création la création de nouveaux portefeuilles ministériels, le maintien des partis alliés du président Boni et moins de 20 % de femmes.

Sénégal – Grève

Le secteur du transport routier a été paralysé ce lundi 12 août 2013, à l’appel du Syndicat national des travailleurs du transport routier du Sénégal (SNTTRS), qui dénonce notamment la cherté des prix du carburant. Cette grève de 48 heures vise également à dénoncer l’instauration envisagée du système de permis à points, le pèse-essieu et la gestion de la nouvelle gare routière de Dakar par un privé.