La 3ème édition du Festival ‘Paris-Bamako’ en mars 2007

 La 3ème édition du Festival 'Paris-Bamako' en mars 2007
Initié il y a deux ans pour "ouvrir et faire rayonner" la culture ouest africaine et en même temps soutenir l’IJA, ce festival met en scène des musiciens maliens et étrangers.

De grands artistes comme Nenneh Cherry (née en Suède mais qui a des origines sierra léonaises) ou encore le Français Manu Chao, avaient pris part à l’édition 2005. Celle de 2006 a vu défiler sur scène, outre Amadou et Mariam, des artistes comme l’Ivoirien Tiken Jah Fakoly, les Français Mathieu Chédid et Jean Philipe Rykiel (également non voyant).

Tirant le bilan de la deuxième édition, qui s’est tenue le 1er avril 2006, le couple de musiciens, a souligné qu’il a rapporté environ 2 millions de F CFA qui ont servi à la rénovation des dortoirs de l’IJA.

Alignant les chiffres, les deux artistes ont estimé que la manifestation a été grandiose: 11 200 entrées dont 180 invités et partenaires, la prestation de 45 artistes et musiciens, 9 h de spectacle, 115 h d’enregistrement image. En plus, la performance a été relayée le 5 juillet à Montréal, dans le cadre du Festival international de jazz, puis à Flobecq (Belgique) le 30 juillet, etc., selon les musiciens qui ont exprimé leur fierté en contribuant à la vie de l’IJA.

"Nous avons été ici et c’est ici que nous avons appris à lire et à écrire. Nous avons mis notre art au service des problèmes des handicapés et de l’Institut", a insisté Amadou Bagayoko qui a rencontré son partenaire dans la vie et dans la profession de musicien dans cet Institut il y a 25 ans.
Aujourd’hui leur talent et leur renommée ont fini de franchir les frontières du Mali.

"Nous pensons que de nos jours les aveugles peuvent être des acteurs économiques", a-t-il encore ajouté estimant que le "Festival a été une réussite".

"Notre ambition, c’est d’aider les personnes handicapées à se hisser et à s’intégrer. Notre lutte pour la paix et la solidarité va continuer pour montrer que l’Afrique et les handicapés peuvent faire quelque chose », .

En attendant la tenue de la prochaine édition de "Paris-Bamako", Amadou et Mariam, qui viennent d’être nommés "ambassadeurs" du Programme alimentaire mondial (PAM), vont encore sillonner quelques festivals à travers le monde, ce qui devrait les conduire, ont-ils dit à Montréal, Bruxelles, Paris, etc.