La Chine va injecter 3 milliards de dollars pour le pétrole ghanéen, plus de 10 milliards pour divers autres secteurs

L’accord de prêt a été conclu avec les autorités chinoises lors de la visite qu’effectue le président ghanéen John Atta-Mills en Chine où il a rencontré son homologue chinois Hu Jintao, rapporte l’Agence Ghanéenne d’Information (GNA).

Le président Atta-Mills se trouve en Chine depuis le 19 septembre 2010 pour une visite officielle prévue pour s’achever le 24 septembre.

Le prêt chinois devrait permettre au Ghana, qui entend tirer profit de son nouveau statut de pays pétrolier, d’asseoir une politique efficace de commercialisation de son pétrole, de créer des emplois, d’augmenter le niveau de vie des populations.

Le début des exportations de pétrole ghanéen est prévu pour la fin de l’année 2010, ce qui permettra au pays de rentrer dans le cercle restreint des pays exportateurs. La découverte du pétrole au Ghana a été officiellement annoncé en juin 2007 après des années de prospection, les réserves sont estimées à environ 1,8 milliards de barils.

D’autres accords de financements chinois ont été obtenus par le Ghana lors de la même visite, selon plusieurs médias qui parlent d’un accord avec la China Exim Bank pour des investissements totaux de plus de 10 milliards de dollars (plus de 5.000 milliards FCFA) dans plusieurs secteurs de l’économie allant des chemins de fer, à l’assainissement en passant par les travaux publics.

Devenue une nouvelle puissance économique, la Chine s’est engagée depuis quelques années dans une politique d’investissements très agressive sur le continent africain, une politique qui fait grincer des dents chez les anciennes puissances coloniales.