La Guinée perdante dans ses contrats miniers, des renégociations en vue


Par: Ouestafnews

Ce constat est le fruit d’une "étude" menée par une Commission interministérielle, à laquelle étaient associés les syndicats, selon le communiqué du Conseil des ministres tenu le 1er août sous la direction du Premier ministre de "consensus" Lansana Kouyaté.
Cette étude portait sur "le Contrat de partage de production de SCS et la Convention
de CBK Contrat de partage de production entre la République de Guinée et SCS Corporation", selon le gouvernement ainsi que sur "L’Avenant n°1 à la Convention du 03 novembre 2000 entre la République de Guinée et Rousski Alumini (Rusal) pour la réhabilitation, l’extension et l’exploitation des gisements de bauxite de Kindia"
"Ces contrats posent réellement problème", affirme le communiqué dont Ouestafnews a obtenu copie.
Les différents secteurs passés en revue par la Commission concernent les "zones contractuelles, l’impact environnemental, le régime fiscal, les obligations de travaux et des dépenses d’exploration, le régime douanier, de la durée, de la recherche, le respect des obligations contractuelles, la récupération des coûts pétroliers et le partage de production".
La première conclusion que le gouvernement en a tiré est qu’il va falloir renégocier ces contrats.
"Il apparaît que ces Convention et avenants comportent des déséquilibres énormes au préjudice de l’état guinéen et exigent en conséquence que des actions concrètes de clarification soient engagées pour faciliter des renégociations objectives, au bénéfice de la Guinée, en toute responsabilité", soutient le gouvernement qui a demandé à la Commission interministérielle de poursuivre son travail.
Depuis son arrivée au poste de premier ministre, suite à de vives protestations des syndicats qui dénonçaient, entre autres, la corruption de la classe dirigeante du pays, Lansana Kouyaté a annoncé une série de mesures visant à ramener plus de transparence dans la gestion des affaires publiques.
Des audits avaient été annoncées au niveau de toutes les institutions publiques et parapubliques, et le premier ministre avait lui-même annoncé lors d’une visite en Europe que les contrats miniers pourraient être revus, si nécessaire.
La Guinée, dont l’essentiel de la population vit dans la pauvreté, est un pays riche en ressources minières de toutes sortes mais dont le pays bénéficie très peu.