L’Afrique de l’ouest en bref à 13H 00 GMT – 11/04/2017 : Burkina Faso, Niger, Côte d’Ivoire, Nigeria : Blaise Compaoré, Justice, fraude, marchés publics, corruption, rapport, Shell, pétrole.

Burkina : l’ancien régime de Blaise Compaoré face à la justice le 27 avril 

La Haute Cour de justice  va juger les membres du dernier gouvernement de l’ex-président Blaise Compaoré sur le dossier de l’insurrection populaire, le 27 avril à Ouagadougou, annonce un communiqué de l’institution lu à la Radio télévision burkinabé, relayé par la presse locale.  Les membres du dernier gouvernement, y compris Blaise Compaoré en tant que ministre de la Défense nationale et des anciens combattants, sont poursuivis pour « complicité d’homicide volontaire » et « coups et blessures volontaires », en raison de leur participation au Conseil extraordinaire des ministres du 29 octobre 2014.

Côte d’Ivoire : 40 entreprises, dont 23 placées sur la liste rouge de l’ARMP  

L’Autorité nationale de régulation des marchés publics en Côte d’Ivoire (ANRMP) a sanctionné en 2016 une quarantaine d’entreprises dont 23 ont été placées sur la liste rouge, dans le cadre de la lutte contre la corruption et les pratiques frauduleuses dans la passation des marchés publics.

Niger : fermeture du campus universitaire de Niamey pour violence

Le campus universitaire de Niamey, le plus important du Niger, est fermé « jusqu’à nouvel ordre », après une violente manifestation des étudiants qui réclament de meilleures conditions de vie et d’études, annonce un communiqué du ministère de l’Enseignement Supérieur, relayé  par l’Agence France presse. « Du fait des agissements des étudiants de l’Université de Niamey et à la demande des autorités académiques, le ministre de l’Enseignement supérieur informe le public de la fermeture dudit campus à compter d’aujourd’hui (lundi) et jusqu’à nouvel ordre », souligne le communiqué.
 
Nigeria : Shell prive 1,1 milliards de dollars à l’Etat

L’ONG Global Witness et Finance Uncovered ont publié le 10 avril un rapport accablant, intitulé « Shell savait », contre les groupes ENI et Shell, accusant ce dernier d’avoir participer à une vaste opération de corruption qui a privé le Nigeria de 1,1 milliards de dollars, rapporte l’Agence France presse. « Notre enquête (basée essentiellement sur la fuite d’emails envoyés entre les dirigeants de Shell, ndlr) à réuni les preuves que ses principaux patrons ont participé à une vaste opération de corruption en toute connaissance de cause », a dénoncé le rapport, cité par la même source.