L’Afrique de l’ouest en bref à 13H 00 GMT – 04/10/2016 – Nigeria, Côte d’Ivoire, Niger, Bénin : Sambo Dasuki, crise libyenne, marché financier, agriculture, invasion acridienne, Uemoa-Titres, Football, CAF

Nigeria : La Cour de justice de la Cedeao ordonne la libération de Dasuki

La Cour de justice de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) a demandé la libération de Sambo Dasuki,(en prison depuis novembre 2015) dont il juge « illégale » la détention. Accusé de détournement de 2,1 milliards de dollars, l’ancien conseiller à la sécurité nationale sous l’administration Goodluck Jonathan aurait détourné selon le pouvoir actuel des fonds destinés à l’achat d’armements. Dans sa délibération rendu, le 03 octobre 2016, la Cour a aussi demandé au gouvernement fédéral de payer la somme de 15 millions de nairas à M.Dasuki.

Niger : réunion sur la crise libyenne prévue à Niamey         

Une réunion à laquelle participeront une dizaine de pays africains aura lieu fin octobre 2016 dans la capitale nigérienne, Niamey, afin de discuter de la crise libyenne, annonce -t -on de source officielle algérienne. Cette réunion, à l’initiative de l’UA regroupera le Comité des Cinq (Mauritanie, Mali, Burkina Faso, Tchad et Niger) et les pays du voisinage de la Libye (Tunisie, Algérie, Egypte, Soudan, Tchad et Niger) s’inscrit dans le cadre du suivi de la situation en Libye.

Côte d’Ivoire : La Côte d’Ivoire prévoit de mobiliser 150 milliards FCFA en octobre sur le marché ouest africain

La Côte d’Ivoire prévoit de mobiliser 150 milliards FCFA par appel public à l’épargne, dès le 10 octobre 2016 , apprend-on du calendrier prévisionnel, des émissions obligataires des Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa)  au quatrième trimestre. Le document publié par l’Agence UMOA-Titres précise aussi, que l’opération se caractérisera par une maturité de 10 ans. A côté de ce recours à l’épargne publique, la première économie de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine, devrait aussi solliciter 401,9 milliards de FCFA sur le marché régional des capitaux via des obligations et des bons du trésor. Cela portera son enveloppe globale des émissions à 551,9 milliards de FCFA, soit un peu plus de la moitié des sollicitations effectuées par ressemble des pays de cette sous-région (1043 milliards FCFA).

Afrique : limitation des mandats à la présidence de la CAF

A partir de la prochaine assemblée générale élective prévue en mars 2017 à Addis-Abeba (Ethiopie), le nombre de mandats du président de la Confédération africaine de football (CAF) sera limité à trois de quatre ans chacun, soit douze ans au maximum. Cette mesure figure parmi les réformes adoptées jeudi dernier au Caire, lors de l’assemblée générale extraordinaire de l’instance de gestion du football continental. La réforme ayant un effet rétroactif, le patron du ballon rond africain, le Camerounais Issa Hayatou (70 ans), en poste depuis 1987, peut donc encore briguer trois mandats.

Uemoa : plus de 1000 milliards de titres publics durant le 4ème trimestre de 2016

Les pays membres de l’Union Monétaire Ouest-Africaine (Uemoa) émettront des titres publics pour 1043,9 milliards FCFA au cours du quatrième trimestre 2016, apprend-on du calendrier prévisionnel de l’Agence UMOA-Titres. L’institution régionale d’appui à l’émission et à la gestion des titres de la dette publique indique par ailleurs, que 338 milliards FCFA sont prévus sous la forme de bons du trésor. Les 705,9 milliards FCFA restant seront émis via des obligations du trésor, dont 150 milliards par appel public à l’épargne. Avec 551,9 milliards FCFA, la Côte d’Ivoire prendra la tête des émetteurs publics de la région sur la période. Elle sera suivie du Burkina-Faso (115 milliards de FCFA) et du Mali (100 milliards FCFA).

Bénin : chute de la production agricole, due aux criquets

Au Bénin, les criquets et les chenilles légionnaires du papillon Spodoptera frugiperda ont provoqué la destruction de 33 600 hectares dédiés à la production du maïs et la perte de 44 500 tonnes de la céréale. Selon  les précisions du gouvernement qui craint une amplification du phénomène, ces pertes représentent 3,4% d’une récolte totale qui devrait tourner autour de 1,3 million de tonnes.