L’Afrique de l’ouest en bref à 13H 00 GMT – 10/10/2016 – Togo, Burkina Faso, Mali, Sierra Leone, Sénégal : sommet, sécurité maritime, mines, manganèse, Rangold, hydraulique, distinction, Seydou Bouda, finances publiques, Ernest Bia Koroma

Togo : début du sommet de l’UA sur la sécurité maritime et le développement

Le sommet de l’Union africaine sur la sécurité maritime et le développement en Afrique a débuté ce lundi 10 octobre 2016, dans la capitale togolaise, Lomé. A l’issue de cette rencontre il est particulièrement attendue l’adoption de la charte de Lomé (avec ses dispositions contraignantes) sur la sécurité maritime. « Si les Africains sortent de cette rencontre  qui est attendue par la communauté internationale depuis deux ans  sans la signature d’une charte contraignante, elle ne serait pas une réussite » a déclaré dans un interview, Barthélémy Blédé, spécialiste des questions maritimes et chercheur au bureau de Dakar, de l’Institut d’études de sécurité (Issaafrica).

Burkina Faso : l’état condamné à versé 8 milliards FCFA à une compagnie minière

Le Burkina Faso a été condamné la Chambre de commerce internationale de Paris à payer la somme de 15 millions de dollars, soit 8,8 milliards de F CFA, à  la société minière General Nice Ressources (GNR) , a-t-on appris dimanche de source médiatique. Selon le site d’information Lesechosdufaso.com qui a livré l’information, cette sanction représente les dommages et intérêts dus à la rupture unilatérale du contrat d’exploitation du manganèse de Tambao en 2012. L’affaire remonte à 2010 quand le gouvernement burkinabè à travers son ministre des mines de l’époque, Abdoulaye Abdoulkader Cissé, a signé un protocole avec Magipudy Ravi Shankar, le directeur général Afrique de GNR, une société indienne.

Mali : le gouvernement ferme les bureaux de Randgold Resources

Le gouvernement malien a décidé de fermer les bureaux du producteur d’or Randgold Resources à Bamako, a annoncé ce lundi 10 octobre 2016,  le groupe sud-africain, à cause d’un conflit fiscal portant sur plus de 200 millions de dollars. Randgold s’est dit dans un communiqué relayé par l’AFP, « déçu que le gouvernement malien soit allé encore plus loin dans leur différend fiscal de longue date en fermant les bureaux du groupe dans la capitale du pays, Bamako ». Le groupe, coté à la Bourse de Londres et au Nasdaq à New York, précise toutefois que cette décision n’affecte en aucun cas l’activité dans les trois mines qu’il exploite au Mali.

Burkina Faso : le Burkinabé Seydou Bouda, élu administrateur à la Banque mondiale

L’économiste et diplomate burkinabé, Seydou Bouda a été élu administrateur de la Banque mondiale pour le compte de 23 pays africains pour une durée de deux ans à partir du 1er novembre 2016, a-t-on appris de source officielle. Selon un communiqué de l’institution, c’est la première fois que le Burkina Faso obtient le siège d’administrateur au Conseil d’administration du Groupe de la Banque mondiale. En plus du Burkina Faso, M. Bouda représentera 22 autres pays au Conseil d’administration du Groupe de la Banque mondiale à savoir le Bénin, le Cameroun, le Cap Vert, la Centrafrique, les Comores, le Congo, la République Démocratique du Congo, la Côte d’Ivoire, Djibouti, le Gabon, la Guinée, la Guinée-Bissau, la Guinée Equatoriale, Madagascar, le Mali, l’Ile Maurice, la Mauritanie, le Niger, Sao Tomé et Principe, le Sénégal, le Tchad et le Togo.

Sierra Leone : réduction de 30% des dépenses publiques

Le gouvernement a décidé de réduire de 30% les dépenses publiques afin de résorber la crise économique actuelle consécutive à la période post-Ebola, a indiqué le président sierra léonais, Ernest Bai Koroma dans une déclaration publiée par la presse locale. Cette mesure prend immédiatement effet et sera en vigueur le reste de l’année en cours et au début de 2017.

Sénégal : prêt de 100 millions d’euros de la BEI pour un projet hydraulique

L’Etat du Sénégal et la Banque européenne d’investissement (BEI) ont signé un accord de prêt de 100 millions d’euros qui permettra de financer un projet visant à assurer l’approvisionnement en eau de la ville de Dakar. Le projet desservira une population de 3,9 millions de Sénégalais (28 % de la population nationale). Cet accord a été conclu, en marge des assemblées  annuelles de la Banque mondiale à Washington fin septembre 2016.