L’Afrique de l’ouest en bref à 13H 00 GMT, 21/05/2015 – Côte d’Ivoire, Sénégal, Mali, Ghana, Bénin, Gambie, Togo : climat, énergie, industries, phosphates, agriculture, électricité, CPI, politique, Cedeao, Simone Gbagbo, migration, mines, recettes,

Afrique – climat – énergie – rapport

L’Africa Progress Panel (APP), un think tank dirigé par l’ancien secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan va publier le 05 juin 2015, un rapport sur l’énergie et le changement climatique, a appris Ouestafnews auprès de cette organisation. Ce rapport qui sera lancé lors d’une conférence de presse à Cape Town en Afrique du Sud, appelle à une « redéfinition des rapports entre l’énergie et le développement en Afrique et dans le monde à l’aune du changement climatique ».

Gambie – Togo – Cedeao – politique

Une proposition de limitation du mandate présidentiel à l’échelle des quinze pays membres de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’ouest (Cedeao) a été rejeté par le Togo et la Gambie, rapporte un source officielle. Selon Hannah Teteh, le ministre ghanéen des Affaires étrangères l’opposition de ces deux pays a poussé à l’abandon de la proposition qui était à l’agenda  du 47ème sommet ordinaire des chefs d’Etat et de gouvernements de la Cedeao, tenu à Accra, le 19 mai 2015.

Côte d’Ivoire – électricité – prix – hausse

Le gouvernement ivoirien a annoncé, à l’issue du conseil des ministres du 20 mai 2015 la hausse du prix de l’électricité en vue de “réduire” les investissements ou financements qu’il apporte pour supporter ce secteur.« Il y a deux ans, les investissements ou financements apportés par l’Etat dans le secteur de l’électricité se chiffraient à 200 milliards de FCFA »,  a déclaré à la presse, le porte-parole du gouvernement, Bruno Nabagné Koné.

Burkina Faso – mines -recettes

Les recettes minières au Burkina Faso sont passées de 8,9 milliards FCFA en 2008 à 168 milliards FCFA en 2014, souligne un rapport de la Direction générale des mines et de la géologie publié le  20 mai 2015. Selon ce texte relayé par la presse, le cumul des exportations théoriques d’or brut effectuées par le Burkina Faso en 2014 s’élève à 42 497 kg.

Sénégal – industrie – phosphates

La production de phosphates au Sénégal durant le premier trimestre 2015 a connu une forte régression de 31,2% au premier trimestre 2015 comparé à la même période de 2014, selon les chiffres de  la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE). Cette production s’est établie à 222.000 tonnes contre 322.700 tonnes en 2014, soit une baisse de 100.700 tonnes en valeur absolue. Cette situation est due pour l’essentiel à la forte régression de 37,2% des phosphates de calcium qui se situent à 171.000 tonnes contre 272.200 tonnes au premier trimestre 2014.

Ghana – exportation – UE                      

L’arachide ghanéen pourrait être interdite de pénétrer le marché européen pour cause de fort taux d’aflatoxine, rapporte le site ghanaweb. Selon la même source, ce constat fait suite à une étude détaillée sur des produits en provenance du Ghana, mené par l’Union européenne. En 2013, les exportations d’arachides ont apporté au pays la somme de 6,4 millions de dollars, selon Ghanaweb.

Bénin – parlement – présidence

Me Adrien Houngbédji, candidat de l’opposition parlementaire, a été élu dans la nuit de mardi 20 au mercredi 21 mai 2015 président de l’Assemblée nationale du Bénin par 42 voix contre 41 pour son challenger, Komi Koutché, des Forces Cauris pour un Bénin Emergent (FCBE, mouvance au pouvoir) a appris Ouestafnews de sources parlementaires.

Côte d’Ivoire CPI – Simone Gbagbo

La Chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI) va rendre son arrêt la recevabilité de l’affaire à l’encontre de Simone Gbagbo, le 27 mai 2015, annonce un communiqué de la CPI. L’exception d’irrecevabilité soulevée par le gouvernement ivoirien a été rejetée fin 2014 par la CPI qui réclame toujours le transfèrement de l’ex-première dame de Côte d’Ivoire suspectée de crimes contre l’humanité (meurtres, viols et autres formes de violences sexuelles, actes de persécution, et autres actes inhumains).

Mali- migration 

Le gouvernement malien a procédé au lancement de la politique nationale de migration dont l’exécution coûtera à l’Etat malien 120 milliards  FCFA, rapportent des sources médiatiques. Cette politique nationale de migration « est un ambitieux projet qui s’articule autour de deux volets essentiels (…) la gestion des migrations dans le cadre des normes internationales et la volonté de mettre en lien la migration et le développement », a souligné le ministre des Maliens de l’Extérieur, Abderahmane Sylla.