L’Afrique de l’ouest en bref à 13H 00 GMT, 23/05/2014 – Côte d’Ivoire, Mali, Togo, Niger, politique, réconciliation, violence, économie, entreprise

Côte d’Ivoire – FPI – RGPH

Le président du principal parti d’opposition en Côte d’Ivoire, le Front populaire ivoirien (FPI), Pascal Affi N’Guessan, a indiqué jeudi 22 mai 2014 que la levée du mot d’ordre de boycott du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) 2014 souhaitée par le gouvernement, sera soumise à l’approbation du comité central de son parti. La levée de ce mot d’ordre a été demandée par le pouvoir qui a annoncé le même jour la libération de 150 prisonniers pro-Gbagbo et le dégel des avoirs bancaires de 50 personnes proches de l’ancien régime.

Togo – entreprise

Le capital social minimal d’une Société à responsabilité limitée (SARL) est désormais fixé à 100.000 FCFA (environ 200 dollars américains) pour faciliter la création d’entreprises au Togo, indique un décret du gouvernement pris en conseil des ministres. Par ce décret, une SARL pourra être créée au Togo par ‘acte notarié’ ou par ‘acte sous seing privé’ et comme capital social, la somme de 100.000 FCFA contre 1 000.000 de FCFA (environ 2000 dollars américains) requis auparavant.

Mali – UA- dialogue

Le président en exercice de l’Union africaine (UA), Mohamed Ould Abdel Aziz, a exhorté jeudi le Mali au dialogue pour résoudre la crise née de l’escalade de violences dans le nord du pays, estimant que « ramener la paix, ce n’est pas s’engager dans une guerre ».« Nous sommes au côté du Mali (…) pour régler ce problème, mais il faut qu’on sache une chose: traiter ce problème, ramener la paix, ce n’est pas s’engager dans une guerre », a déclaré M. Aziz lors d’une conférence de presse à Bamako, où il a effectué une visite de quelques heures, jeudi 22 mai 2014.

Niger – politique – violence

Trois personnes ont été blessées, dont une gravement, jeudi 22 mai 2014, dans une attaque au cocktail Molotov du siège du parti au pouvoir à Niamey, où le climat politique se crispe à deux ans de la présidentielle, rapporte l’AFP. « Vers 04H00 locales (03H00 GMT), il y a eu des jets de trois cocktails Molotov sur le siège de notre parti : le premier a été lancé sur le toit sans exploser, deux autres ont explosé sur la terrasse. Ils ont touché trois militants qui dormaient », a affirmé à l’AFP Alkassoum Indatou, un des responsables du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS, au pouvoir).